•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les microbrasseries comme moteur de développement local dans l'Est-du-Québec

Des verres de bières alignés sur un comptoir.

Les bières artisanales à l'honneur

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les microbrasseries font désormais partie des attraits touristiques en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent. La Route des bières est de plus en plus prisée des vacanciers qui s'arrêtent à des endroits qu'ils n'auraient pas visités autrement.

Un texte d'Adrianne Gauvin-Sasseville d'après les renseignements de Catherine Poisson et Caroline Cyr

Il s'agit d'un premier été de production pour la Microbrasserie au frontibus, située à Rivière-au-Renard. La copropriétaire Lydia Martin Bérubé souligne que les objectifs fixés pour la première année ont été dépassés de près de 25 %.

Neuf bouteilles de bière différentes sont positionnées sur un comptoir dans une microbrasserie. L'étiquette indique Frontibus, une bière produite à Rivière-au-Renard, près de Gaspé. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Neuf variétés de bières Frontibus produites à Rivière-au-Renard, près de Gaspé.

Photo : Radio-Canada

Notre slogan, c’est "La nature sauvage à chaque gorgée".

Une citation de : Lydia Martin Bérubé, copropriétaire de la Microbrasserie au frontibus

La Route des bières de l'Est-du-Québec y est pour quelque chose. Tu vois que les gens planifient aussi leur tour de la Gaspésie en fonction des microbrasseries, explique Mme Bérubé.

Une carte cible les différentes microbrasseries situées sur la péninsule gaspésienne et au Bas-Saint-Laurent. Il y en a quinze et elles sont numérotées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quinze microbrasseries ont été ciblées.

Photo : Route des bières de l'Est-du-Québec

Cette microbrasserie gaspésienne s'est limitée à desservir le territoire gaspésien afin de pouvoir répondre à la demande des touristes cet été.

Elle envisage désormais d'élargir la distribution vers les grands centres. Il y a quand même des dépanneurs spécialisés dans les grands centres qui attendent notre bière. Les gens nous demandaient : "C’est où qu’on peut vous trouver à Gatineau, Québec, Montréal et Sherbrooke?", souligne Lydia Martin Bérubé.

Une femme et un homme sont assis côte à côte. Ils sont dehors et on voit une petite maison à l'arrière d'eux. La femme porte un foulard sur la tête et l'homme une casquette. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La propriétaire de la Microbrasserie Au Frontibus, Lydia Martin Bérubé, et l'un des brasseurs, Patrick Leblanc.

Photo : Radio-Canada

L'entreprise compte quatre fermenteurs. En septembre, la microbrasserie présentera une nouvelle bière artisanale rousse, Rivière Nord, pour souligner sa première année d'activités.

On voit la devanture du bâtiment de la Microbrasserie au frontibus. Une table et des chaises sont positionnées à côté de la porte d'entrée à l'extérieur. L'image d'un renard est installée sur la devanture, au dessus du nom de la microbrasserie. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Microbrasserie au Frontibus est située à Rivière-au-Renard.

Photo : Radio-Canada

Le brasseur Patrick Leblanc indique que plusieurs tests seront effectués pour créer de nouvelles bières.

Les gens en ville ont goûté à tout. Alors c’est le fun de trouver quelque chose qui se démarque un peu. Selon le temps que je vais avoir pour faire des tests, c’est sûr [qu'on va avoir] au moins deux ou trois nouvelles bières pour l’été prochain, précise-t-il.

La Haute-Gaspésie y goûte aussi

Depuis son ouverture, en 2014, la microbrasserie Le Malbord, située à Sainte-Anne-des-Monts, observe une hausse d'achalandage d'au moins 10 % tous les ans.

Caroline L'Archevêque est copropriétaire de la microbrasserie Le Malbord, à Sainte-Anne-des-Monts.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Caroline L'Archevêque est copropriétaire de la microbrasserie Le Malbord à Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada

La copropriétaire Caroline L'Archevêque mentionne qu'il y a une multitude de petites entreprises dans ce secteur, ce qui permet aux gens de s'y installer et d'y rester.

On a un impact puissant sur les attraits touristiques.

Une citation de : Caroline L'Archevêque, copropriétaire de la microbrasserie Le Malbord

Deuxième été au Caveau des Trois-Pistoles

À Trois-Pistoles, le constat est le même. Plusieurs vacanciers s'arrêtent le temps d'une dégustation, exprès pour découvrir la bière locale.

Deux verres transparents sont photographiés de près. Ils présentent deux bières différentes, une blonde et une rousse. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Caveau est une microbrasserie située à Trois-Pistoles.

Photo : Radio-Canada

Le copropriétaire du Caveau des Trois-Pistoles Nicolas Falcimaigne estime que les touristes ont envie de faire le tour des microbrasseries et de goûter aux différentes saveurs locales. On est agréablement surpris par l’achalandage, dit-il.

Deux hommes tiennent chacun dans leur main un verre qui contient de la bière dedans. Ils sont à l'extérieur d'un bâtiment qui est une microbrasserie. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les cofondateurs de la microbrasserie, Diego Marasco et Nicolas Falcimaigne.

Photo : Radio-Canada

C’est vraiment un nouveau public.

Une citation de : Nicolas Falcimaigne, copropriétaire, Le caveau des Trois-Pistoles

Selon M. Falcimaigne, cet engouement pour les microbrasseries mènera inévitablement à une réorganisation du marché.

Au 20e siècle, on a eu des camions de bières qui partaient de grandes brasseries et qui desservaient partout dans le monde des bars. Maintenant, ce qu’on va voir, c’est plus de production locale, plus d’échange entre les régions, soutient le copropriétaire.

On voit la devanture de la microbrasserie Le caveau à Trois-Pistoles. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La microbrasserie Le Caveau des Trois-Pistoles a ouvert ses portes en mai 2017.

Photo : Radio-Canada

L'entreprise, qui emploie une dizaine d'employés, joue un rôle important dans le développement local, estime Nicolas Falcimaigne.

On est appelés à jouer un rôle de produit d’appel, d'attrait, de création d’emploi, on vient appuyer une identité locale, on crée un sentiment d’appartenance et aussi des lieux de rencontre où les gens vont se reconnaître, souligne-t-il.

Conscientes de leur rôle, les 15 microbrasseries de l’Est-du-Québec se réunissent chaque automne pour déterminer des actions communes en vue de la prochaine saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !