•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire promet la gratuité scolaire sur toute la ligne

Manon Massé entourée de membres de son équipe parle dans un micro.

Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois étaient de passage à Sherbrooke dimanche.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec solidaire (QS) s'est engagé dimanche à instaurer la gratuité scolaire au Québec à partir du centre de la petite enfance (CPE) jusqu'à la fin des études universitaires.

Un texte de Yannick Donahue

La formation politique a annoncé cette promesse d’instaurer la pleine gratuité scolaire sur une période de cinq ans s’il était porté au pouvoir lors d’une conférence de presse tenue à Sherbrooke, en Estrie.

D’entrée de jeu, la co-porte-parole de QS, Manon Massé, a parlé du « nécessaire tournant que doit prendre le Québec en matière d’éducation ».

Québec solidaire s’engage à réaliser la gratuité scolaire, du CPE jusqu’au doctorat.

Manon Massé, co-porte-parole de QS

« On va mettre fin à votre angoisse financière à chaque rentrée scolaire », a-t-elle ajouté.

Des économies

Mme Massé a souligné que « l’école primaire et secondaire n’est pas gratuite ». Elle a aussi mentionné que « les parents croulent sous les factures, que ce soit les frais administratifs, les activités parascolaires, les frais de garde, de surveillance, d’autobus ».

« Avec la gratuité scolaire de Québec solidaire, une famille de trois enfants de niveau primaire va faire des économies moyennes de 1700 $ par année jusqu’à temps que les enfants finissent le secondaire », a affirmé Mme Massé.

« Les centres de la petite enfance font partie de notre projet collectif éducatif et, comme le reste, ils deviendront gratuits pour tous les parents. Toutes les places en CPE seront donc gratuites », a-t-elle précisé.

Le parti parle d’une économie de 1850 $ à 5000 $ par enfant par année.

« Si la vieille classe politique est capable des milliards de dollars pour construire un troisième lien pour 6000 chars entre Québec et Lévis, je ne peux pas croire qu’on n’est pas capable de mettre cet argent, 2,45 milliards de dollars, pour soutenir des centaines de milliers de familles québécoises. Nous, on dit oui à cela », a lancé Mme Massé.

La députée a aussi dénoncé les propositions des autres partis.

Offrir des lunchs à 5 $ ou des chèques de 100 $, c'est tourner autour du pot. Il faut s'attaquer aux tarifs. Avec la gratuité scolaire, les parents vont faire chaque année des économies.

Manon Massé, co-porte-parole de QS

Les frais de scolarité grimpent

Co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois s’est désolé du fait que la facture des études postsecondaires a grimpé ces dernières années.

« À la suite de l’indexation décidée par le Parti québécois en 2013, les frais de scolarité universitaire au Québec ont continué à augmenter. Cette année, pour la première fois dans notre histoire, la facture étudiante au Québec dépasse les 3000 $ par année en moyenne », a-t-il déploré.

Il appuie la gratuité scolaire pour des études postsecondaires, car selon lui les frais de scolarité constituent « un frein important aujourd’hui à l’accessibilité aux études ».

À l’heure où il y a une pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs de nos régions, à l’heure du vieillissement de la population, il est plus urgent que jamais que nos étudiants forment la génération la plus éduquée de l’histoire du Québec.

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de QS

Le député sortant de Gouin, à Montréal, indique que l’endettement moyen chez les étudiants au Québec atteint 15 000 $ à la fin des études.

« Cette proposition de gratuité scolaire, il faut le dire, elle équivaut à moins de 2,56 % des dépenses totales de l’État québécois. Il faut arrêter de nous dire que c’est irréaliste ou irresponsable », a déclaré M. Nadeau-Dubois.

Québec solidaire va déposer son cadre financier lundi. Il sera « équilibré », a promis Manon Massé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !