•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape demande pardon pour « le scandale et la trahison »

Le pape François salue la foule à Dublin en Irlande le 26 août 2018.

Le pape François termine sa visite à Dublin en Irlande le 26 août 2018.

Photo : The Associated Press / Joe Giddens

Reuters

Le pape François a imploré dimanche le pardon pour le « scandale et la trahison » ressentis par les victimes d'abus sexuels commis par des prêtres catholiques en Irlande, au deuxième et dernier jour de sa visite dans le pays.

À l'occasion de cette première visite d'un pape en Irlande depuis Jean-Paul II en 1979, François a rencontré en privé samedi huit victimes d'agressions et promis d'encourager la lutte contre ce « fléau ».

Dimanche matin, lors d'une visite au sanctuaire de Knock, dans l'ouest de l'île, le chef de l'Église catholique a demandé « pardon pour ces péchés et pour le scandale et la trahison ressentis par tant d'autres personnes dans la famille de Dieu ».

Aucun d'entre nous ne peut se dispenser d'être ému par les histoires de ces jeunes personnes qui ont souffert d'abus, ont été privées de leur innocence et abandonnées à leurs blessures.

Le pape François

Plus tard, face à une foule de quelque 130 000 personnes réunies pour une messe de clôture au Phoenix Park de Dublin, où se dresse toujours la grande croix érigée pour la visite de Jean-Paul II, François a « présenté ses excuses pour certains membres de la hiérarchie qui ne se sont pas préoccupés de ces situations douloureuses et qui sont restés silencieux ».

Le scandale d'abus sexuels qui ébranle l'Église catholique a très largement dominé la visite du pape en Irlande, où les viols et les violences couverts pendant des décennies par le clergé expliquent en grande partie la perte d'influence de l'Église.

Le pape au courant?

Le pape n'a pas été épargné par les critiques.

Dans un document de 11 pages distribué à la presse catholique conservatrice, l'archevêque Carlo Maria Vigano invite le pape à démissionner, l'accusant d'avoir eu connaissance pendant cinq ans d'abus sexuels commis par le cardinal américain Theodore McCarrick avant d'accepter sa démission le mois dernier.

Vigano, nonce apostolique à Washington de 2011 à 2016, dit avoir informé dès 2006 de hauts responsables du Vatican de soupçons d'abus sexuels commis par le cardinal McCarrick sur des séminaristes adultes, lorsqu'il était évêque dans deux diocèses du New Jersey entre 1981 et 2001.

Le pape François en compagnie de l'ancien cardinal Theodor McCarrick en septembre 2015.

Le pape François en compagnie de l'ancien cardinal Theodor McCarrick en septembre 2015.

Photo : EPA / JONATHAN NEWTON / POOL

L'archevêque, qui s'en prend dans son texte aux « réseaux homosexuels dans l'Église », dit n'avoir jamais reçu de réponse à sa note envoyée en 2006. Il ajoute avoir alerté François dès son élection en 2013.

Le Vatican n'a pas fait de commentaire sur ce document publié par le National Catholic Register et d'autres publications aux États-Unis et en Italie.

Le pape François a demandé à plusieurs reprises une transparence totale au sein de l'Église.

L'archevêque Carlo Maria Vigano

« Dans ce moment extrêmement important pour l'Église universelle, il doit reconnaître ses erreurs et, conformément au principe proclamé de tolérance zéro, le pape François doit être le premier à montrer le bon exemple pour les cardinaux et les évêques qui ont dissimulé les abus de McCarrick, et démissionner en même temps qu'eux », ajoute-t-il.

Croyances et religions

Société