•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Cette piste ne mène nulle part » : un coup de pédale à la fois pour les cyclistes à Laval

Le reportage de Yasmine Khayat.

La Ville de Laval compte aujourd'hui sur un réseau de pistes cyclables de 288 kilomètres, une augmentation de 50 % en deux ans, mais les nouveaux tracés ne font pas que des heureux.

Un texte de Yasmine Khayat

Il faut dire que le tissu urbain de la municipalité est très étalé. Dans de telles circonstances, il est difficile de passer du règne de l’automobile à celui du transport actif, qui implique plus de vélos, de piétons et de transports en commun.

Dans le district de Vimont, cette vision a du mal à se faire un chemin dans l’esprit des résidents du boulevard Saint-Elzéar Est. Cette artère, située dans un secteur résidentiel, ne compte pas de voies doubles et les automobilistes disent ne pas avoir d’autre choix que d’empiéter sur la piste cyclable pour éviter les voitures qui arrivent à contre sens.

Le boulevard Saint-Elzéar Est, situé dans un secteur résidentiel, ne compte pas de voies doubles. Le boulevard Saint-Elzéar Est, situé dans un secteur résidentiel, ne compte pas de voies doubles. Photo : Radio-Canada

Les conseillers municipaux Michel Poissant et David De Cotis, aussi président du conseil d'administration de la Société de transport de Laval, affirment avoir reçu plusieurs plaintes des riverains.

Ce n’est pas une piste cyclable qui sera utilisée par les cyclistes qui s’entrainent, ni même par des familles qui souhaitent faire un tour le samedi avec les enfants.

David De Cotis, conseiller municipal de St-Bruno de Laval

« En plus, cette piste ne mène nulle part et elle met vraiment en danger les cyclistes, poursuit l'élu. Nous sommes d’accord avec le plan de la ville d’encourager les cyclistes, mais il faut veiller aussi à la sécurité des usagers. »

Pourtant, c'est précisément l’enjeu de la sécurité qui a poussé la ville à développer son réseau de pistes cyclables.

De 2011 à 2015, la Ville de Laval a enregistré 411 accidents graves ou mortels impliquant des cyclistes ou des piétons, explique Stéphane Boyer, vice-président du comité exécutif. « Depuis que nous avons lancé notre Vision Stratégique, qui comprend le développement du réseau des pistes cyclables, nous avons une réduction de 17 % de ces accidents-là », ajoute-t-il.

Sur le boulevard Saint-Martin, les ingénieurs de la Ville ont compté une moyenne de 1000 vélos par semaine. Nous sommes loin des chiffres que connait Montréal, mais pour Jean François Pronovost, de Vélo Québec, il serait erroné de ne pas aménager des pistes cyclables en raison du faible nombre de cyclistes.

« Je pense que Laval est très bien parti. Les aménagements sont de qualité et répondent aux standards reconnus. Nous encourageons l'ensemble des élus à travailler dans le même sens et à faire en sorte que Laval se modernise. D'ailleurs après le métro, voici venu le temps de la mobilité active et durable », explique Jean-François Pronovost, vice-président développement et affaires publiques chez Vélo Québec.

La sortie de l’autoroute 440 qui donne sur le boulevard Industriel est devenu un véritable cauchemar pour les automobilistes et les cyclistes. La sortie de l’autoroute 440 qui donne sur le boulevard Industriel est devenu un véritable cauchemar pour les automobilistes et les cyclistes. Photo : Radio-Canada

D’autres secteurs de Laval demeurent problématiques. Sur le boulevard Industriel, au niveau de la sortie de l’autoroute 440, le plus grand défi demeure celui de la visibilité des cyclistes.

Mais la Ville de Laval affirme que ses ingénieurs revoient l’ensemble des intersections et des carrefours à risque et n’exclut pas de modifier les aménagements au besoin.

Grand Montréal

Cyclisme