•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déclarations du policier Jean Vicaire : la SQ doit rendre des comptes, selon des dirigeantes autochtones

Une femme parle à la caméra en entrevue.
Adrienne Jérôme, chef de la communauté de Lac-Simon. (archives) Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le témoignage du directeur de la police de Lac-Simon, Jean Vicaire, devant la commission Viens jeudi ravive le débat sur le traitement qui serait réservé aux Autochtones par certains policiers.

Un texte de Jean-Marc Belzile

Ayant travaillé à la Sûreté du Québec pendant 24 ans, il a affirmé que des hauts gradés de la Sûreté du Québec (SQ) étaient au courant des allégations d'inconduites policières à Val-d'Or dès 2013, deux ans avant le reportage de l'émission Enquête.

Des femmes autochtones croient qu'il s'agit d'une preuve concrète que la SQ a tenté de passer sous silence ces événements.

Pour la directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Édith Cloutier, cette déclaration tend à confirmer qu'il existe une loi du silence à la Sûreté du Québec.

Édith Cloutier témoigne lors d'une commission d'enquête.Édith Cloutier, directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or (archives) Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

« Si c'est pas assez clair, je ne sais pas ce que ça prend de plus pour qu'on comprenne que les femmes disaient la vérité même si les enquêtes n'ont pas abouti, même si le DPCP n'a pas porté d'accusations. Un fait demeure, c'est que la vérité de ces femmes-là est maintenant mise au grand jour », déclare-t-elle.

Mme Cloutier trouve troublant le fait que la SQ n'ait pris aucune mesure de 2013 à 2015.

Ce qui est particulièrement préoccupant, c'est que la vie de femmes était en danger, on se questionne à savoir comment on a pu mettre la vie de femmes autochtones en péril aussi longtemps.

Édith Cloutier, directrice du Centre d'amitié autochtone

La cheffe de la communauté de Lac-Simon, Adrienne Jérôme, croit que la SQ doit donner des explications.

« Il l'a déposé aux autorités, mais qu'est-ce qu'ils ont fait? Moi, j'ai des liens directs avec le directeur général de la SQ et il me dit qu'il ne l'a jamais su. Il y a quelqu'un à quelque part qui ne donne pas les bonnes informations? »

La Sûreté du Québec n'a pas souhaité commenter les déclarations du policier Jean Vicaire. La SQ dit ne pas vouloir nuire au travail effectué par la commission Viens.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones