•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le nouveau secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a rencontré pour la deuxième fois Kim Jong-un.

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a rencontré pour la deuxième fois Kim Jong-un, le 11 mai dernier.

Photo : Reuters

Radio-Canada

Donald Trump a annoncé vendredi avoir annulé un déplacement de son chef de la diplomatie Mike Pompeo prévu la semaine prochaine en Corée du Nord en invoquant un manque de progrès sur la question de la dénucléarisation.

« J'ai demandé au secrétaire d'État Mike Pompeo de ne pas se rendre en Corée du Nord, pour le moment, parce que j'ai le sentiment que nous ne faisons pas de progrès suffisants au sujet de la dénucléarisation de la péninsule coréenne », a-t-il écrit sur Twitter.

C'est la première fois que le président exprime aussi clairement son mécontentement et son impatience face à l'absence de résultats tangibles. Mais juste avant son sommet avec Kim Jong-un à Singapour en juin, il avait aussi annoncé son annulation, avant de finalement confirmer sa tenue.

La visite de Mike Pompeo à Pyongyang, qui aurait été la quatrième depuis le début de l'année, avait été annoncée jeudi en même temps que la nomination de Stephen Biegun, ancien dirigeant du constructeur automobile Ford, comme représentant spécial des États-Unis en Corée du Nord.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a dit lundi dans un rapport n'avoir trouvé aucun élément permettant de dire que la Corée du Nord avait cessé ses activités nucléaires. Selon un site spécialisé, Pyongyang a interrompu ses travaux de démolition d'une base de lancement de fusées au début du mois d'août, en dépit de ses engagements pris lors du sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump en juin à Singapour.

Le président américain a dit vendredi sur Twitter douter du fait que la Chine joue un rôle constructif pour dénucléariser la Corée du Nord. Il a ajouté que le prochain déplacement de Mike Pompeo à Pyongyang interviendrait « probablement » une fois que le conflit commercial entre Washington et Pékin aura été « résolu ».

Donald Trump n'en a pas moins transmis « ses salutations les plus chaleureuses et son respect » à Kim Jong-un. « J'espère le voir bientôt », a-t-il conclu.

Avant l'annulation surprise de son voyage, Mike Pompeo espérait encaisser des « progrès diplomatiques » en se rendant à Pyongyang accompagné de M. Biegun.

Mike Pompeo était rentré bredouille d'une précédente visite en juillet, et les autorités nord-coréennes avaient dénoncé les méthodes de « gangster » des Américains, accusés de vouloir obtenir leur désarmement unilatéral sans faire de concession à chaque étape.

Washington appelle de fait la communauté internationale à maintenir la pression et les sanctions tant que Pyongyang n'aura pas abandonné ses armes nucléaires.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Politique internationale

International