•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusion des taxis : les clients seront touchés, estiment des propriétaires

Des chauffeurs de taxi à Québec, à place d'Youville
Des chauffeurs de taxi à Québec. Photo: Radio-Canada / Gabrielle Thibault-Delorme
Radio-Canada

Le décret qui fusionne les territoires de taxi à Québec va nuire à la clientèle, estiment des acteurs de l'industrie. Ils appréhendent des conséquences sur l'offre de service.

« En fusionnant les territoires, la variété de service va diminuer », lance la directrice générale de Taxi Laurier, Élizabeth Hamel.

Cette fusion fera qu’à compter du 24 septembre prochain, les territoires de Québec, Charlesbourg, Beauport, Sainte-Foy, Val-Bélair, Saint-Émile et Wendake formeront une seule et grande agglomération de taxi.

La mesure permet aux chauffeurs de taxi de sortir de leur territoire restreint pour aller faire des courses dans toute la ville de Québec.

« Je ne pense pas que ce soit le client qui soit gagnant [...] Quand le client a le choix, c’est là qu'il est gagnant, c’est là qu’il peut avoir son mot à dire », ajoute-t-elle.

Sainte-Foy contre la fusion

Le président de la coop de taxi de Sainte-Foy, Joseph Feghali, souligne que les taxis de son territoire ont toujours été contre une fusion.

« Les autres ont toujours eu un oeil sur le territoire ici, et il y a toujours eu illégalement du monde qui venait travailler sur notre territoire », explique-t-il.

Il croit que ce marché ouvert va « gruger » leur clientèle.

Élizabeth Hamel est convaincue que de petites centrales de taxi vont disparaître. « Ça va quasiment créer un monopole », dénonce-t-elle.

Une décision sans consultation

Élizabeth Hamel déplore également le fait qu'il n'y ait jamais eu de consultation.

Selon M. Feghali, c'est aussi une surprise d'avoir annexé la fusion aux compensations financières du gouvernement.

« On a été trahis », lance-t-il, précisant que plusieurs compagnies de la capitale ont longtemps travaillé pour une fusion.

Une décision tellement majeure qui implique tellement de choses. Ce n’est pas seulement une fusion de territoires, c’est notre façon de travailler.

Élizabeth Hamel, directrice générale de Taxi Laurier

« Nos véhicules sont répartis de façons totalement différentes. Et de ne pas l’avoir vue venir [la fusion], ça nous jette à terre », dit-elle, précisant qu’elle n’a jamais été d’accord avec ce changement « inacceptable ».

Une rencontre a été demandée avec le ministre des Transports du Québec (MTQ) afin d'inverser cette décision.

Québec

Transports