•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Vieillissement de la population : le gouffre financier du Québec ?

Un vieil homme se tient avec sa canne.

Le Québec est l'une des sociétés qui vieillit le plus rapidement.

Photo : iStock

Gérald Fillion

ANALYSE - Vous entendrez parler de changement, de continuité, de révolution, de boîtes à lunch, de maisons des aînés, d'argent pour les familles et de quoi d'autres encore durant cette campagne électorale. C'est très bien, il y a des besoins, il y a des attentes. Mais allez-vous entendre les mots « vieillissement de la population »?

Je sais, ce n’est pas très vendeur en pleine campagne électorale où on cherche à séduire l’électorat, capter son attention et gagner son vote. C’est pourtant fondamental. C’est autour de ces mots « vieillissement de la population » que s’articule l’avenir économique du Québec pour les deux prochaines décennies.

Et puisque les politiciens nous parlent de nos enfants et de nos petits-enfants, qu’ils évoquent à tout vent les prochaines générations, il faut donc s’attendre à ce que les principaux partis en présence proposent des plans à long terme pour atténuer les effets négatifs du vieillissement de la population sur les finances de l’État, les services publics et l’économie dans son ensemble.

Au fond, qu’est-ce qui est en jeu? Un nombre plus élevé de personnes à la retraite, c’est moins de travailleurs dans la population active pour générer des impôts pour aider au financement des services publics. Nécessairement, avec une population vieillissante, les besoins en matière de santé sont plus grands. Comment va-t-on pouvoir continuer de financer des services publics de santé de qualité, des services déjà malmenés depuis plusieurs années, si la proportion de gens de 20 à 64 ans baisse et que celle des 65 ans et plus augmente?

Les chiffres parlent fort

Dans une étude publiée en juin 2015 par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), les chercheurs Cristina Azeredo et Frédéric F. Payeur écrivent que « le vieillissement démographique résulte de l’allongement de l’espérance de vie et, surtout, de la baisse de la fécondité. Ce phénomène est une conséquence fondamentale de la transition démographique, qui voit les pays passer d’un régime de forte mortalité et de forte fécondité à un régime de faible mortalité et de faible fécondité. »

Selon les données de l’ISQ, au Québec, de 1950 à 2010, la part des 65 ans et plus dans la population est passée de 5,7 % à 15,3 %. Cette part atteindra 25 % en 2030 et 27 % en 2050. Elle sera surtout plus élevée que la part des 0-19 ans dans l’ensemble de la population du Québec dès 2023, un changement radical dans l’histoire récente du Québec.

Non seulement le Québec vieillit, mais il le fait rapidement. « La part d’aînés a franchi le seuil de 12 % en 1996, écrit l’ISQ, et devrait atteindre 20 % en 2020, soit 24 ans plus tard. Cette évolution de 12 % à 20 % d’aînés sera relativement rapide par rapport aux pays de l’OCDE. Plusieurs pays, surtout européens, devraient aussi atteindre 20 % d’aînés vers 2020, mais il leur aura fallu beaucoup plus de temps que le Québec, souvent entre 40 et 60 ans. »

Tripler les soins à domicile

Selon le professeur de HEC Montréal Pierre-Carl Michaud, « on est un peu au point zéro de grands choix qu’on a à faire. Avec la santé, qui occupe près de la moitié du budget du Québec, ça implique des transferts intergénérationnels importants qui vont, en grande partie, des plus jeunes vers les plus âgés. »

« Ce qui est important, nous disait-il à RDI économie jeudi soir, ce n’est pas seulement de penser aux dépenses de santé, mais aussi de penser à tout ce qui est soins à domicile, soins de longue durée, la pression est énorme. On a des projections qui nous amènent à croire qu’on pourrait doubler, tripler le nombre de personnes qui auraient besoin de soins à domicile dans un horizon de 20 ans. »

Mais ce n’est pas tout. Au même moment, nous expliquait Pierre-Carl Michaud, la cohorte des 0-19 ans se stabilise. Durant des années, la baisse de la part des jeunes dans la population compensait les coûts en augmentation associés au vieillissement de la population. Ce ne sera plus le cas, puisque cette cohorte n’est plus en diminution.

Résultat : les pressions sur les finances publiques et les services publics seront énormes. J’ai demandé à Pierre-Carl Michaud si la hausse moyenne prévue de 4,1 % en soins de santé dans les prochaines années est suffisante. « Ce sera très difficile à réaliser », a-t-il répondu.

En fait, il faudra probablement injecter des milliards de dollars de plus dans le secteur de la santé si on veut améliorer les services, répondre à la demande grandissante et maintenir un réseau public de qualité. Sinon, on fait quoi? Est-ce qu’on privatise davantage le système de santé du Québec ? Est-ce le scénario qui se dessine, mais dont on ne parle à peu près jamais?

« Pour maintenir les services dans le futur, on s’imagine qu’avec une population vieillissante, ça prend beaucoup plus que ça. » À 4 % de croissance en santé, Pierre-Carl Michaud affirme que c’est une croissance nulle dans les faits. On répond aux besoins structurels du système, sans plus. On n’augmente plus les salaires, on ne construit plus rien. C’est inimaginable.

Fortes pressions sur les finances publiques

Je ne sais pas jusqu’à quel point les partis politiques ont intégré cette réalité dans leur vision de l’avenir, mais le déséquilibre démographique du Québec va ralentir l’économie et aura un effet sur le budget et les services à la population. On peut promettre aujourd’hui mer et monde aux Québécois, mais il faut savoir comment ces mesures seront financées.

Le gouvernement Couillard a réduit considérablement ses dépenses de 2014 à 2016 avec des effets importants, dont on a beaucoup parlé. Il s’est dégagé des surplus importants pour annoncer, à quelques mois des élections, des baisses d’impôt. Mais, dans les faits, les pressions financières qui s’annoncent vont rendre de plus en plus difficile l’atteinte du déficit zéro et la réalisation de surplus budgétaires.

Il me semble qu’on devrait vous parler de ça un peu durant cette campagne, vous ne croyez pas?

Démographie

Économie