•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard promet jusqu'à 300 $ supplémentaires par enfant

M. Couillard serre la main d'une électrice.
Philippe Couillard a fait ses premières promesses de la campagne dans un terrain de jeu de Trois-Rivières, en présence de jeunes familles. Photo: Radio-Canada / Romain Schué

Les familles toucheront entre 150 et 300 $ par enfant par année, dépendamment de leur revenu, si le Parti libéral du Québec (PLQ) est reporté au pouvoir, a promis vendredi Philippe Couillard.

Un texte de Romain Schué et de Bernard Barbeau

Le chef libéral a fait ses premières promesses de la campagne électorale dans un terrain de jeu de Trois-Rivières. L'ensemble des mesures annoncées vendredi, qui incluent également des places en services de garde, représente un investissement de 400 millions de dollars, a-t-il précisé.

Les ménages gagnant moins de 75 000 $ recevront un montant de 300 $ non imposable par enfant de moins de 18 ans; ceux dont le revenu se situe entre 75 000 et 110 000 $ recevront entre 150 et 300 $; et ceux qui ont un revenu supérieur recevront 150 $.

« Un gouvernement du Parti libéral du Québec offrira un soutien financier supplémentaire directement aux familles pour qu’elles choisissent elles-mêmes ce qu’elles en feront », a dit M. Couillard, en notant que ce nouveau programme serait mis en place dès 2018.

Le chef du PLQ a donné l’exemple de parents qui préféreraient payer à leurs enfants un repas à la cafétéria de l’école plutôt que de préparer des lunchs et ainsi avoir plus de temps pour faire des activités avec eux. Une allusion à l’engagement du Parti québécois d’instaurer un service de lunchs pour tous les écoliers.

Mais il n’a pas exclu que des parents s’offrent une escapade en amoureux : « Ça se pourrait que, pour un couple, aller passer deux ou trois jours tranquilles, ça aide après avec les enfants. […] Je ne veux pas dire aux familles ce qu’elles vont faire avec. »

Le paiement se fera par chèque ou par dépôt direct, parce « c’est compliqué, un crédit d’impôt pour une famille. Il faut remplir des papiers. Il faut comprendre comment ça marche. Il faut s’assurer qu’on n’a pas fait d’erreur dans la déclaration [de revenus]. C’est pas mal plus simple de recevoir un chèque dans la malle. »

Des places en services de garde

Philippe Couillard entend faciliter également « la conciliation famille-travail-études ».

S’il est réélu, près de 2000 nouvelles places en services de garde subventionnées dans les entreprises, les cégeps et les universités verront le jour au cours du prochain mandat, a-t-il annoncé. De ce nombre, 85 % seront créées en centres de la petite enfance (CPE) et 15 % le seront en garderies privées subventionnées.

« Cette mesure va simplifier la vie des familles, facilitera les études ou la formation et contribuera bien sûr à répondre aux pénuries de main-d’œuvre », a estimé M. Couillard.

Par ailleurs, le Régime québécois d'assurance parental sera bonifié, a soutenu le chef du PLQ.

Tel qu'il le prévoyait déjà le projet de loi 174, annoncé il y a quelques mois, mais mort au feuilleton, les parents pourront morceler et étaler leur congé parental sur deux ans, contre un an actuellement.

Philippe Couillard a expliqué ne pas avoir eu le temps de faire adopter ce projet de loi au cours du précédent mandat, parce que la légalisation du cannabis, décidé par le fédéral, a pris beaucoup de place dans l’agenda de son gouvernement.

Les parents pourraient également décider de revenir travailler 10 jours plus tôt et ainsi garder en réserve ces journées pour les utiliser à un moment ultérieur, par exemple en cas de maladie de l'enfant, a précisé M. Couillard.

Enfin, il a indiqué qu’un nouveau gouvernement libéral s’engagerait « dans une promotion active de bonnes pratiques en matière de conciliation famille-travail au Québec ». Une tournée vantera ainsi les mérites du télétravail, des horaires flexibles, de la semaine comprimée et de l’utilisation de banques d’heures.

Des mesures de conciliation, en passant, c’est bon pour les familles, mais c’est aussi bon pour les entreprises. Ça leur permet de garder leurs employés, de diminuer l’absentéisme, d’améliorer la productivité.

Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec

Legault n'en croit rien

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a répliqué à la promesse de Philippe Couillard en rappelant que le chef libéral avait déjà rompu une promesse faite « la main sur le coeur » en 2014 en annonçant, quelques mois après l'élection du gouvernement libéral, une modulation des tarifs de garderie en fonction du revenu familial brut annuel à partir de 51 000 $.

« Donc, quand M. Couillard, aujourd’hui, offre des chèques, ou propose, ou s’engage, promet des chèques de 150 à 300 $, est-ce que les Québécois vont le croire? Pourquoi on le croirait cette année, alors qu’il n’a pas livré ce qu’il avait promis en 2014? Pourquoi il ne l’a pas fait depuis quatre ans? » a demandé M. Legault.

Politique provinciale

Politique