•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séminaire des Pères Maristes : un tribunal ordonne la réintégration des trois élèves expulsés

Entrée principale du Séminaire des Pères Maristes. Il s’agit d’un bâtiment en brique de trois étages. La photo a été  prise en été.

Le Séminaire des Pères Maristes, à Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Cour supérieure ordonne au Séminaire des Pères Maristes de réintégrer les trois élèves qu'il a expulsés relativement à un échange présumé de photos sexuellement explicites d'adolescentes fréquentant l'établissement.

Les parents des trois élèves s’étaient adressés au tribunal afin de forcer le Séminaire à réintégrer les enfants.

Ils se disaient incapables de trouver des places dans d'autres écoles privées à temps pour la rentrée scolaire.

« Il ne s'agit pas de minimiser les gestes posés. Il y a eu comportement inacceptable et l'école a dû réagir. Mais il ne faut pas, à l'opposé, aller au-delà de ce que l'on sait et présumer des attitudes ou des gestes non encore prouvés », peut-on lire dans le jugement.

Pour l'instant, aucune accusation n'a été déposée dans ce dossier.

La direction du Séminaire s’opposait à la réintégration des trois garçons, estimant que leur retour provoquerait le chaos dans l'école.

Le 11 août dernier, le conseil d’administration de l'établissement avait entériné l’expulsion. Les parents des trois autres élèves avaient déjà pris la décision de scolariser leur enfant dans une autre école.

Une décision « urgente »

Le juge Daniel Dumais précise que son jugement n'est ni définitif ni permanent et que la preuve n'est pas complète.

Il ajoute qu'il s'agit d'une décision « urgente ». La rentrée scolaire au Séminaire des Pères Maristes a d'ailleurs lieu lundi.

« Si requis, le procès final se tiendra ultérieurement », ajoute-t-on dans le document judiciaire.

Il est également indiqué que les circonstances entourant l'échange présumé de photos à caractère sexuel de trois adolescentes ne sont pas connues.

« On ne dit rien de ce qui s'est produit exactement, du rôle de chacun, de l'origine des photographies, de la façon dont elles été communiquées, par qui, à qui, etc. »

Les garçons seront toutefois soumis à des conditions. Ils devront avoir une attitude respectueuse, ne pas utiliser de téléphone cellulaire à l'école et ne pas entrer en contact avec les victimes alléguées.

Seules les interactions jugées inévitables dans un contexte scolaire seront tolérées.

Échange de photos

Six élèves du Séminaire des Pères Maristes ont été arrêtés par le Service de police de la Ville de Québec en mai dernier pour possession et distribution de pornographie juvénile.

Les garçons, âgés de 12 et 13 ans au moment des faits allégués, ont été suspendus par l'école, mais ont pu terminer leur année scolaire dans un bâtiment à part.

En juin, la direction avait pris la décision de les réintégrer dans le bâtiment principal en vue de la prochaine rentrée. Elle justifiait notamment sa décision par le fait qu’aucune accusation n’avait été déposée dans ce dossier.

Une seule des présumées victimes est toujours inscrite au Séminaire des Pères Maristes, les autres ayant préféré changer d'école.

Désaccord

La réintégration des six élèves avait soulevé un tollé. Les parents des présumées victimes jugeaient inacceptable qu’elles aient à les côtoyer.

Une pétition lancée par le collectif Québec contre les violences sexuelles pour dénoncer le retour en classe des six garçons a récolté près de 3000 signatures.

Le juge Daniel Dumais évoque d'ailleurs que « c'est la pression populaire ou celle des parents de victimes qui ont changé la donne » dans la prise de décision de la direction.

Il lui appartient d'assumer son rôle et de prendre les choses en main, plutôt que d'abdiquer et de capituler devant les objections des groupes de pression.

Extrait du jugement

Le ministère de l’Éducation avait adressé des reproches à la direction du Séminaire des Pères Maristes pour sa gestion de la crise.

Québec

Éducation