•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le directeur de la police de Lac-Simon demande à la SQ d’interdire le port du bracelet 144

Malaise en lien avec le port de bracelet en solidarité aux policiers de Val-d'Or lors de la journée nationale des Autochtones
Le directeur de la police de Lac-Simon souhaite que le port du bracelet 144 soit interdit pour les policiers de Val-d'Or. (archives) Photo: Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau
Radio-Canada

Le port des « bracelets 144 » par des agents de la Sûreté du Québec fait grincer des dents Jean Vicaire, directeur de la police de Lac-Simon, qui estime qu'il est perçu comme un « affront » par les communautés autochtones.

Un texte de Thomas Deshaies

C'est ce qu'il a déclaré lors de son passage devant la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics.

Rappelons que bon nombre de policiers portent ce bracelet pour témoigner leur solidarité envers les agents du poste de police de Val-d’Or, le poste numéro 144, depuis les allégations dévoilées par le reportage de l’émission Enquête.

Pourquoi nous, représentants de la loi, porterions un tel item qui pourrait nuire aux relations avec les Premières Nations? Il y a une législation qui est claire, et c’est de contraindre et de dire aux policiers : "Vous ne porterez pas cela", s’est exclamé M. Vicaire, tout en se questionnant par rapport à l’inaction observée depuis plusieurs années chez les hauts gradés de la SQ.

Il a relaté un incident où des policiers présents lors d’un tournoi de hockey auquel participaient des Autochtones à Val-d’Or se seraient fait demander d’enlever leur bracelet. Ils ont demandé aux policiers de l’enlever et sinon de quitter. Les policiers ont choisi de quitter, a-t-il déploré.

M. Vicaire a écorché au passage la création du Poste de police communautaire mixte autochtone de Val-d’Or (PPCMA), qualifiant l’initiative de « création de dernière minute » par des hauts gradés de l’extérieur de la région. On n’a pas consulté les Premières Nations, pas pris la peine de savoir comment on pourrait composer avec cette nouvelle entité, a-t-il martelé.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones