•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les visages de la francophonie du Nord-Ouest exposés

Des personnes en discussion debout dans une salle près d'un photographe.
Plusieurs francophones attendant patiemment leur tour pour se faire prendre en photo. Photo: Radio-Canada / Miguel Lachance

À la fin de septembre, Audrey Debruyne et son conjoint Liming Yu présenteront à Thunder Bay une exposition de portraits intitulée Nous parlons français — Nous habitons ici, qui met en vedette des francophones de la région.

Un texte de Miguel Lachance

Du 27 au 29 septembre, le Centre francophone sera tapissé de photos et de citations pendant le Franco-Festival.

Le couple a profité d’un 5 à 7 organisé jeudi par l’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario pour ajouter de nouveaux visages à la collection entreprise en 2013. Elle comportait déjà environ 140 portraits.

Le photographe Liming Yu en train de prendre la photo d’une mère francophone.
Le photographe Liming Yu en train de prendre la photo d’une mère francophone. Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Mme Debruyne, la présidente du Club culturel francophone de Thunder Bay, raconte que le projet vient d'une envie d’aller à la rencontre des francophones de la région : Je voulais révéler leur présence.

« C’était aussi pour inviter les francophones et francophiles à être fiers de parler français et d’habiter dans une région éloignée. »

Une femme en train de prendre en note les commentaires d'une autre.Audrey Debruyne prend le temps de discuter avec chaque personne avant la prise de la photo par Liming Yu. Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

On veut les entendre parler d’eux, de leur vie, raconte Audrey Debruyne. Chacun a ses histoires à raconter et elles sont toutes importantes.

C’est touchant de parler à des personnes plus âgées qui n’ont pas pu envoyer leurs enfants dans une école francophone, mais qui ont quand même pu garder leur langue maternelle vivante.

Audrey Debruyne

Doreen Bidnall, qui a participé à la séance photo de jeudi, se dit fière que son petit-fils soit éduqué en français.

Elle croit d’ailleurs qu’il est plus facile de s’afficher comme francophone à Thunder Bay en 2018 qu’à son arrivée dans la ville.

Trois personnes en train de discuter.Doreen Bidnall (au centre), originaire de l’île Maurice, dans l’océan Indien, habite Thunder Bay depuis 1979. Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Les personnes qui ont été prises en photo habitent principalement Thunder Bay, car Audrey et Liming n'ont pas eu le temps ou l'argent pour se déplacer partout en région.

Nous avons quand même pu aller à Terrace Bay, Geraldton et Longlac, précise Mme Debruyne, qui ajoute que le projet se poursuit, car elle continue de rencontrer régulièrement des francophones, souvent par hasard.

Nord de l'Ontario

Francophonie