•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sursis pour l’euthanasie du pitbull de Montréal-Nord

Un chien qui a la bouche ouverte pour haleter regarde droit devant lui. Il est assis dans une voiture de police et une sorte de licou semble être mis sur lui.
Le rapport d’incident décrit l’animal comme un « pitbull américain d’un an et demi qui pèse 70 livres ». Photo: Courtoisie / Sylvain Proulx

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a obtenu une ordonnance du tribunal pour éviter que le pitbull qui a blessé six personnes à Montréal-Nord soit euthanasié avant que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) décide si des accusations seront portées.

L’information a été confirmée jeudi par Daniel Bussières, le responsable des communications de l'arrondissement Montréal-Nord.

Jugeant qu'il possède suffisamment de données au sujet de la nature des événements et de l'animal concerné, l'arrondissement de Montréal-Nord avait pris la décision de faire euthanasier le chien.

L'arrondissement a choisi de ne pas procéder à une évaluation comportementale du chien, puisqu'il avait déjà mordu par le passé.

Le rapport d’incident décrit l’animal comme un « pitbull américain d’un an et demi qui pèse 70 livres ».

La direction a donc signé mercredi un ordre d'euthanasie et l'animal devait être euthanasié au plus tard le 31 août.

Enquête

Le chien, qui était temporairement hébergé par une dame de 62 ans, a notamment attaqué deux enfants que celle-ci gardait, dans un intervalle de quelques heures dimanche, à Montréal-Nord.

Une fillette de quatre ans a subi plusieurs blessures à la tête et un garçon de sept ans une grave fracture ouverte au bras.

Le SPVM doit réaliser des tests sur le chien dans le cadre de son enquête et le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation doit déterminer si l’animal a la rage avant de procéder à son euthanasie.

Daniel Bussières ignore si le SPVM a commencé ses expertises sur la bête. De son côté, le SPVM ne fournit pas de détails sur cette affaire, sinon que l'enquête est toujours en cours.

Aucune accusation n'a encore été portée. La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) conservera la garde du chien jusqu'à l'euthanasie.

Avec des informations de Geneviève Garon

Grand Montréal

Agression