•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le danger d'accuser des personnes d’actes criminels sur les réseaux sociaux

Un homme au clavier d'un ordinateur se branche sur le réseau social Facebook.
Dénoncer des actes criminels sur les réseaux sociaux met en danger toutes les personnes concernées, rappelle la police. Photo: Associated Press / Eraldo Peres
Radio-Canada

La publication Facebook d'un père accusant un homme d'avoir tenté d'enlever sa fille a déclenché de nombreux commentaires haineux sur le réseau social. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) rappelle les dangers de ces situations.

Le père d'une fillette de 6 ans a diffusé le nom complet, le profil Facebook et d’autres informations sur l’homme qu’il accuse d’avoir tenté d’enlever son enfant dans un magasin, près de North Battleford, en Saskatchewan.

De nombreuses réactions déclenchées par cette publication sont violentes, certaines appelant au meurtre de l’homme. Les quelques personnes décrivant l’homme comme une personne gentille et douce, ainsi que celles appelant à la vérification des faits se sont vues reprocher de défendre un pédophile.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) affirme que toutes les personnes concernées se mettent en danger avec ce type de publication provocatrice. Dans le cas présent, elle dit n'avoir pas de trace d’un appel à la GRC, ni de preuve du crime présumé.

Des publications comme celles-ci peuvent détruire des vies, dit le caporal Rob King. Il rappelle que les auteurs des publications et des commentaires peuvent faire face à des accusations.

On dirait que les gens pensent qu’ils peuvent se cacher derrière leur clavier et un mot-clic.

Rob King, caporal à la Gendarmerie royale du Canada

« Il semble que tout le monde puisse dire n’importe quoi sans que cela ait d’importance », ajoute le caporal King. « Mais ces choses sont importantes ».

Les réseaux sociaux, des outils à double tranchant

Pour le consultant en réseaux sociaux Tyler Babiy, beaucoup de personnes ne comprennent pas que ces commentaires peuvent être préjudiciables et permanents.

On devrait vraiment se renseigner avant de croire quelque chose.

Tyler Babiy, consultant en réseaux sociaux

Il reconnaît cependant que les réseaux sociaux ont permis à certaines personnes de se faire entendre. Selon lui, ils ont aussi amené la police, le gouvernement et les entreprises à faire preuve de plus de transparence et de sens des responsabilités.

Pour le consultant, il est plus important que jamais de faire preuve de réflexion par rapport aux « fausses nouvelles » et aux accusations non confirmées.

Le monde serait vraiment meilleur si les gens arrêtaient de faire ce genre de choses.

Caporal Rob King, Gendarmerie royale du Canada

Rob King rappelle qu’en cas de problème, ou si on est convaincu que quelqu’un a commis un acte criminel, il vaut mieux le signaler à la police plutôt que de tenter de régler le problème soi-même. « La personne pourrait être totalement innocente », conclut-il.

Saskatchewan

Crimes et délits