•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Jeff Sessions

La relation entre Donald Trump et son secrétaire à la Justice, Jeff Sessions (photo), est pour le moins tendue.

Photo : Getty Images / Jessica Kourkounis

Radio-Canada

Mis en cause par Donald Trump, le secrétaire à la Justice Jeff Sessions a vivement répliqué jeudi. Il a affirmé qu'il contrôlait le département fédéral dont le président américain lui a confié la charge.

« J'ai pris le contrôle du département de la Justice le jour même où j'ai prêté serment », a-t-il dit dans un communiqué très inhabituel.

« Tant que je serai secrétaire à la Justice, les actions du département ne seront pas indûment influencées par des considérations politiques », a-t-il ajouté.

Dans une entrevue diffusée jeudi par la chaîne Fox News, Donald Trump, fragilisé cette semaine par les démêlés judiciaires de deux de ses proches, s'en est pris vivement à Sessions.

« Tout le monde voit ce qui se passe au département de la Justice. Je mets maintenant toujours "justice" entre guillemets », a notamment déclaré le président américain.

« Les démocrates sont vraiment puissants au sein du département de la Justice. [...] Jeff Sessions n'a jamais réellement pris le contrôle du département et c'est quelque chose d'assez incroyable », a-t-il dit.

Donald Trump reproche régulièrement à ce républicain ultraconservateur de s'être récusé dès mars 2017, moins de deux mois après l'investiture du 45e président des États-Unis, de l'enquête sur les soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie pendant l'élection présidentielle de 2016, un grief qu'il a répété sur Fox News.

« Il a accepté le poste et, après, il a dit : "Je dois me récuser". Quel genre d'homme est-ce? », a lancé Trump.

Sessions a pris cette décision après avoir dû admettre qu'il avait omis d'évoquer, lors de la procédure de confirmation de sa nomination par le Sénat, ses rencontres avec l'ambassadeur russe à Washington.

Mais en se récusant, il a perdu la main sur l'enquête russe, et lorsque Trump, deux mois plus tard, a limogé le directeur du FBI James Comey, c'est le numéro deux du département de la Justice, Rod Rosenstein, qui a nommé Robert Mueller procureur spécial chargé de reprendre cette enquête, que Trump qualifie de « chasse aux sorcières ».

Sessions pourrait ne pas terminer son mandat

Pour le sénateur républicain Lindsey Graham, Donald Trump, à l'évidence, n'a plus confiance en Jeff Sessions.

Il faut s'attendre à ce que Trump nomme un nouveau secrétaire à la Justice avant la fin de son mandat, mais sans doute pas avant les élections de mi-mandat de novembre prochain, a ajouté le sénateur de Caroline du Sud.

Une source proche du président a confirmé que le scénario présenté par le sénateur Graham était probable.

Jeff Sessions s'est brièvement rendu jeudi à la Maison-Blanche pour une réunion consacrée à la réforme des prisons.

Donald Trump, président des États-Unis
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Politique américaine

International