•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire lance « la plus grosse campagne de son histoire »

Manon Massé parle à un lutrin, derrière elle se trouvent quelques dizaines de candidats.

Pendant son discours, Manon Massé était flanquée, à gauche, de Gabriel Nadeau-Dubois, et, à droite, du candidat dans Laurier-Dorion, Andrés Fontecilla.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Si certains doutaient de la pertinence du mot-clic « populaires » comme slogan de campagne pour Québec solidaire (QS), la co-porte-parole Manon Massé aura certainement tenté de les faire mentir en évoquant une salve de mesures « pour le peuple » lors du lancement de la campagne électorale de son parti, jeudi, dans la circonscription de Laurier-Dorion, à Montréal.

Aux côtés de son co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois, Manon Massé a rappelé que le parti avait « toujours été du bord de la majorité québécoise, du bord du peuple ».

Gonflée à bloc, elle a évoqué les grandes lignes du programme : augmenter les salaires, diminuer les factures, lutter contre les paradis fiscaux, offrir l’assurance dentaire publique, réduire le coût du transport en commun, assurer la gratuité scolaire, sortir du « bourbier pétrolier canadien » grâce à l’indépendance, réduire les salaires des médecins spécialistes, réduire les salaires des dirigeants de Bombardier, etc.

« Il y a quatre ans, les gens nous ont dit : "on vous aime bien [...] Québec solidaire, on aime bien ça, ce que vous faites, même à trois [députés] à l’Assemblée nationale, mais ça manque de concret". Eh bien, on a fait nos devoirs », a lancé Mme Massé, en référence au programme du parti et à son cadre financier.

Elle a aussi assuré que « l’environnement est et sera au cœur de la campagne solidaire ».

« C’est facile de faire des promesses, mais après, il faut avoir le courage de les concrétiser. Et ça tombe bien, parce que du courage, j’en ai à revendre », a-t-elle ajouté, faisant rigoler les quelques dizaines de citoyens, militants et représentants des médias réunis au parc De Normanville, dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Une campagne ambitieuse

Fondé en 2006, Québec solidaire lançait jeudi la plus grosse campagne électorale de son histoire. Le parti présente cette année 125 candidats, couvrant toutes les circonscriptions du Québec.

On va tourner partout au Québec pour dire aux Québécois, vous avez le droit de réfléchir en dehors de la boîte (think outside the box). Ce n’est pas vrai que le Québec est contraint à être ce qu’eux, les vieux partis, nous proposent depuis plus de 30 ans.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Avant même le début de la campagne, QS avait admis espérer faire des gains importants, notamment dans les circonscriptions montréalaises de Rosemont, Laurier-Dorion et Hochelaga-Maisonneuve, mais aussi à l’extérieur de la métropole.

La région de l’Estrie et la circonscription de Taschereau, dans la région de Québec, sont des terreaux fertiles, selon le parti.

« Vous avez raison, je suis différente. Québec solidaire, on est différents. Mais c’est exactement ce dont a besoin le peuple québécois », a soutenu Mme Massé.

« Le Québec a besoin d’un peu plus de générosité envers son monde, pas juste envers une minorité de personnes, a-t-elle poursuivi. Le Québec a besoin de beaucoup plus d’ambition que d’enrichir les grandes compagnies déjà riches. C’est notre engagement depuis toujours, mais là on le montre en force. »

QS commence sa tournée sur le terrain dans la région de Montréal, son autobus partira donc sur les routes du Québec cinq jours après les autres partis, soit le 28 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !