•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les arbres de Vancouver prennent la plume

Un arbre qui a une étiquette où est inscrit "All the Trees"

L'artiste Holly Schmidt veut créer un dialogue entre les promeneurs et des spécialistes de divers domaines grâce aux arbres du parc Jericho de Vancouver.

Photo : Grâcieuseté Holly Schmidt

Radio-Canada

Il est désormais possible d'entretenir une correspondance par courriel avec certains arbres de Vancouver, grâce à une réalisation de l'artiste Holly Schmidt, All the Trees.

Un texte d'Anaïs Elboujdaïni

L’artiste en résidence au centre communautaire West Point Grey s’est inspirée d’une drôle de situation à Melbourne, en Australie, qui ne s’est pas déroulée comme prévu.

En effet, quand la Ville a demandé à la population de signaler les arbres malades en envoyant un courriel à une adresse réservée à cet effet, des gens ont commencé à envoyer des lettres d’amour ou à exprimer leurs pensées.

« Je me suis dit : "Ne serait-ce pas magnifique si les arbres pouvaient répondre?" », explique Holly Schmidt. « J’ai donc trouvé des représentants pour les arbres. »

Holly Schmidt a donc sélectionné 25 arbres dans le parc Jericho et leur a attribué des spécialistes d’horizons divers, comme l’horticulteur pour le jardin de l’Université de la Colombie-Britannique, Egan Davis, ou la poétesse vancouvéroise Rahat Kurd. Ceux-ci répondront au nom des arbres qu'ils représentent.

Le public peut reconnaître les arbres à des étiquettes rouges qui sont accrochées à leur tronc.

Cette oeuvre artistique est aussi soutenue par le programme Artist in Communities, de la commission des parcs de Vancouver.

La coordinatrice aux arts et à la culture, Marie Lopes, est enchantée par l’aspect multidisciplinaire de ce travail interactif. Est-ce une manière d’éveiller les consciences à l’importance de l’environnement? Pas nécessairement, avance-t-elle.

« Quand nous travaillons avec des artistes professionnels comme Holly, nous ne voulons pas instrumentaliser leur art », précise Mme Lopes. « La rencontre de plusieurs spécialistes de divers horizons, c’est ce qui permet un résultat plus riche. »

Holly Schmidt dit avoir déjà reçu plusieurs courriels, dont une majorité provient pour l'instant de l'étranger. « Des gens qui ont vu l’étiquette dans une photo qui circule en ligne me disent qu’ils adorent cette idée. »

Colombie-Britannique et Yukon

Écologie