•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Français enfumés par le Canada

Vue de la mer sous un ciel quelque peu voilé.
Photo du ciel français le 19 août aux Sables-d'Olonne, une ville située sur la côte Atlantique Photo: Compte Twitter @Meteos_

Des habitants de l'ouest de la France ont vu leur ciel se voiler dimanche à cause des feux de forêt qui sévissent en Colombie-Britannique. La fumée s'est, en effet, déplacée en masse vers l'Europe.

Un texte de Mathilde Monteyne

Les médias et les météorologues français se sont intéressés au Canada, cette fin de semaine, alors que la fumée en provenance de la Colombie-Britannique atteignait les Pays de la Loire ainsi que l’est de la Bretagne et la Normandie.

Le journal Ouest-France a ainsi mentionné un « ciel voilé », dimanche, du fait des incendies qui ont déjà ravagé « l’équivalent d’un ou deux départements français ».

Une carte de l'Europe montre un rai de fumée au-dessus d'un bout de l'Espagne du Nord-Ouest et sur l'ouest de la France et la Belgique.Trajectoire de la fumée le 19 août en France Photo : Copernicus Atmosphere Monitoring Service

Samuel Desmarchais, un géographe français passionné de météorologie, mentionne « une teinte bleu-gris du ciel », le 19 août. Il explique que les particules de fumées en Colombie-Britannique ont parcouru plus de 8000 km au-dessus de l’océan Atlantique, pour atteindre le continent européen.

Comment cela se fait-il?

D’après Samuel Desmarchais, c’est le résultat des courants-jets, qui sont des vents de haute altitude pouvant souffler à plusieurs centaines de kilomètres/heure et qui parcourent la planète d’ouest en est. « L’Europe se situant à l’est du continent américain, elle est parfois destinataire de la pollution en provenance de celui-ci », dit-il.

Il ajoute que c’est le même processus qui joue lors des éruptions volcaniques dont les cendres peuvent faire plusieurs fois le tour de la Terre.

De tels événements intercontinentaux nous rappellent que nous sommes tous solidaires de notre atmosphère.

Samuel Desmarchais, géographe français

Natalie Hasell, météorologue de sensibilisation aux alertes pour Environnement Canada à Winnipeg, confirme qu’il ne s’agit pas d’un phénomène exceptionnel.

Elle explique que, pendant la saison des feux de forêt ou de végétation, le Canada a déjà reçu de la fumée provenant de l’Alaska ou de Russie. De même, on a déjà vu, lors de tempêtes, le sable du Sahara atterrir sur la côte de l’Amérique du Sud.

Quant à savoir si la fumée va persister, tout dépend, dit-elle, de la stabilité dans l’atmosphère et de la circulation de l’air. « Si on a une zone qui est plutôt stable, où il n’y a pas beaucoup de mélanges, il n’y a aucune raison que cette fumée s’arrête », explique-t-elle.

En ce qui concerne le Manitoba, elle affirme que, « aussi longtemps que la source de fumée continue d’exister -- et on n’a pas beaucoup de pluie dans les prévisions des prochains jours pour la Colombie-Britannique --, la situation ne va probablement pas s’améliorer énormément ».

Elle s’attend donc à ce que l’on observe plusieurs journées de fumée, sous un ciel peu clair.

Manitoba

Feux de forêt