•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ se dit prête à remplacer un gouvernement libéral « usé à la corde »

Le chef de la CAQ François Legault

François Legault estime être le seul capable de remplacer Philippe Couillard

Photo : Radio-Canada / Mathieu Potvin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au premier jour de la campagne électorale, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a présenté sa formation comme le seul parti apte à remplacer le Parti libéral, un parti « usé à la corde » après 15 années presque ininterrompues au pouvoir.

Un texte de Philippe Chevalier

La CAQ, qui est en tête dans les plus récents sondages, a choisi de lancer sa campagne dans la circonscription de Louis-Hébert, à Québec. Un choix symbolique puisque c’est là où, selon le parti, le vent a tourné en sa faveur après la victoire de Geneviève Guilbault lors d’une élection partielle, en octobre 2017.

Les citoyens de Louis-Hébert ont démontré qu’il n’y en a plus de château fort libéral au Québec.

François Legault, chef de la CAQ

Selon le chef caquiste, il est temps pour les Québécois de tourner la page sur l'ère libérale - entrecoupée d'un passage de 18 mois du Parti québécois au pouvoir. Après « 15 ans » de gouvernement, dit-il, « le Parti libéral est usé à la corde et présente un bilan déprimant en santé, en éducation et en économie ».

Il fait notamment valoir le taux de diplomation inférieur à l’Ontario et le haut taux de décrochage scolaire chez les jeunes. Il a notamment qualifié « d'impardonnable » la décision du gouvernement de « couper » dans l'aide aux élèves en difficulté.

M. Legault a également accusé les libéraux de faire passer leurs propres intérêts et ceux de « leurs petits amis » avant ceux de la population.

« Notre engagement, c’est de vous faire passer en premier. Fini, les petits amis, le copinage, l’arrogance », a-t-il promis.

Mettre fin à 50 ans de division sur la souveraineté

Le chef de la CAQ a aussi accusé ses homologues libéral et péquiste de vouloir toujours diviser la population sur la question de la souveraineté, un débat qui, depuis 50 ans, dit-il, monopolise l'attention et empêche de s'attaquer aux vrais enjeux. Il s'est excusé d'avoir « joué dans ce film » lors de son passage au PQ.

M. Legault a vanté la capacité de son parti de rassembler d’anciens adversaires : des adéquistes, péquistes, libéraux. « [Des gens] qui acceptent de travailler ensemble pour faire avancer le Québec. »

« Vous avez l’occasion d’essayer une nouvelle équipe, de nouvelles idées. Et c’est maintenant », a-t-il lancé, reprenant son slogan de campagne.

M. Legault doit faire plus tard en journée un arrêt à Portneuf, puis sa caravane se rendra à Montréal, une région où il espère faire une percée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !