•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feux de forêt : Verizon a réduit la vitesse de l’Internet des pompiers californiens

Un pompier tente de sauver une maison des flammes à Lakeport, dans le nord de la Californie.

L'incendie du Mendocino Complex a consumé près de trois fois la superficie de la ville de Toronto et continue de brûler.

Photo : Associated Press / Noah Berger

Radio-Canada

Les défenseurs de la neutralité du net viennent de gagner des alliés inattendus. Les pompiers qui ont combattu le plus important feu de forêt de l'histoire de la Californie ont apporté leur soutien lundi à une poursuite appelant au retour de la neutralité du net après que Verizon a réduit la vitesse de leur connexion pendant la catastrophe.

Alors que le brasier faisait rage dans les collines californiennes, les communications étaient intermittentes au poste de commandement du Service des incendies du comté de Santa Clara (SCCFD). « Aidez-nous », a imploré un analyste informatique du SCCFD dans un courriel à Verizon daté du 30 juillet. « Tout ce dont nous avons besoin est un forfait sans limite de vitesse. »

Le fournisseur d’accès à Internet américain avait réduit de 200 fois la vitesse de la connexion des pompiers, tel que la nouvelle loi leur permet de le faire. Depuis le 11 juin dernier, les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) ne sont en effet plus forcés d’offrir un accès égal à tous leurs clients, un principe appelé neutralité du net. Ils ont ainsi le loisir de limiter la vitesse de la connexion de leurs clients si ceux-ci n’ont pas souscrit à un abonnement privilégié à certains services.

Devant cette situation, les pompiers du SCCFD ont décidé de joindre leur voix à celles de plus d’une vingtaine d’États et de gouvernements locaux qui veulent renverser la décision de la Commission fédérale des communications (FCC) d’abolir la neutralité du net.

« Des informations erronées ou périmées au sujet de la disponibilité ou du besoin de ressources peut ralentir notre temps de réaction et réduire notre efficacité », a écrit le chef du SCCFD, Anthony Bowden, dans son mémoire (Nouvelle fenêtre) déposé à la cour d’appel fédérale de Washington D.C.

« Nos ressources pourraient ainsi être déployées au mauvais feu, à la mauvaise partie d’un feu ou encore ne pas être déployées du tout, poursuit M. Bowden. Même de courts retards dans notre réaction peuvent avoir des conséquences dévastatrices, incluant la perte de propriété et, dans certains cas, la mort. »

Une « erreur de soutien »

Après avoir contacté Verizon pour que la vitesse de connexion soit rétablie et stabilisée, le SCCFD s’est vu répondre qu’il lui faudrait souscrire à un forfait plus cher. Le service des incendies n’a eu d’autre choix que d’accepter devant l’ampleur du désastre avec laquelle elle était aux prises.

Un porte-parole de Verizon a concédé que l’entreprise avait commis une « erreur » dans ce dossier, dans une entrevue accordée à NPR (Nouvelle fenêtre). « La situation n’a toutefois rien à voir avec la neutralité du net ou les procédures juridiques en cours. »

Selon l’entreprise, le SCCFD avait choisi un forfait offrant une quantité de données mensuelle illimitée, mais dont la vitesse de connexion était réduite lorsqu’un certain montant était atteint. Verizon dit avoir la capacité d’éliminer cette condition en cas d’urgence, ce qu’elle affirme avoir déjà fait par le passé.

« Dans cette situation, nous aurions dû retirer la limitation de vitesse quand notre client nous a contactés, a expliqué le porte-parole à NPR. C’était une erreur de soutien. »

Le SCCFD insatisfait de la réponse de Verizon

Le SCCFD a toutefois réfuté les arguments de Verizon dans un communiqué émis mardi et cité par Ars Technica. « Le ralentissement causé par Verizon a tout à voir avec la neutralité du net. Il montre que les FAI agissent avant tout dans leur intérêt économique, même au détriment de la sécurité publique », a affirmé le conseiller de comté James Williams, qui s’exprimait au nom du SCCFD. « C’est exactement ce que l’abrogation de la neutralité du net par l’administration Trump permet et encourage. »

L’incendie Mendocino Complex a déjà brûlé plus de 1600 kilomètres carrés de territoire, soit près de trois fois la superficie de la ville de Toronto. Il continue actuellement ses ravages puisqu’il n’est pas entièrement contenu.

Avec les informations de NPR, et Ars Technica

Internet

Techno