•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des oiseaux porteurs du virus du Nil en Colombie-Britannique

Gros plan sur une corneille qui fixe attentivement devant elle.

Les oiseaux porteurs du virus du Nil occidental peuvent transmettre l'infection aux moustiques qui les piquent.

Photo : CBC

Radio-Canada

Les résultats de tests visant à détecter le virus du Nil occidental se sont avérés positifs pour deux corneilles trouvées mortes à Kimberley, dans l'intérieur de la Colombie-Britannique. Il s'agit de la première fois que le virus est détecté dans la province cette année.

La régie de la santé de la région de l’Intérieur assure qu’aucun cas de contamination chez un être humain n’a été rapporté et que les tests effectués sur des maringouins se sont tous avérés négatifs.

Ce sont généralement les oiseaux qui transportent le virus du Nil occidental et qui le transmettent aux moustiques qui les piquent. Certains insectes infectés peuvent contaminer les humains et les animaux.

Les autorités sanitaires de l’Intérieur soutiennent que le risque de devenir gravement malade est faible pour la plupart des gens. Les personnes de plus de 50 ans et celles qui ont un système immunitaire affaibli sont les plus vulnérables.

Deux moustiques sont posés sur une peau.

Les moustiques infectés par le virus du Nil occidental peuvent contaminer les humains et les animaux.

Photo : Shutterstock / mycteria

Des nausées, des maux de tête et des douleurs articulaires font partie des symptômes qui peuvent être observés, bien que la majorité des personnes contaminées par le virus ne ressentent aucun effet.

Ailleurs au Canada, des moustiques porteurs du virus du Nil ont, entre autres, été détectés cet été à Ottawa, à Regina et à Saskatoon. Des cas de contamination chez l’humain ont été déclarés en Ontario et au Manitoba.

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique