•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

75 arbres abattus rue St-Hubert

Plaza Saint-Hubert, Montréal
La rue St-Hubert, à Montréal, subira une métamorphose au cours de la prochaine année. Photo: Radio-Canada / Daniel Herrera Castillo
Radio-Canada

La Ville l'avait annoncé au début du mois d'août et c'est maintenant chose faite : la rue St-Hubert a perdu tous ses arbres entre les rues Saint-Zotique et Jean-Talon Est. Les employés municipaux les ont rasés pour laisser place à des travaux de réaménagement.

Au total, ce sont 75 arbres qui ont été abattus mardi.

La Ville explique que ces arbres ne pouvaient pas survivre aux travaux de réfection de la rue, entamés en début de semaine.

« Une évaluation faite par des experts en horticulture a révélé que la survie des arbres est compromise pendant le chantier et qu’il n’est pas envisageable de les transplanter », a indiqué la Ville, qui ajoute que les arbres coupés seront revalorisés.

« Précisons que plus de 200 nouveaux arbres seront plantés d’ici la fin des travaux », poursuit la Ville.

Voici le message affiché sur la rue St-Hubert par la Ville en début de semaine. Voici le message affiché sur la rue St-Hubert par la Ville en début de semaine. Photo : Radio-Canada

« C’est la bonne décision », a expliqué l’horticulteur, auteur et conférencier Bertrand Dumont à l’émission Le 15-18, sur les ondes d’ICI Première, mercredi.

« D’abord, il faut comprendre que ces arbres ont vécu avec la fameuse marquise et qu’on a fait des fûts très hauts. Il faut comprendre aussi que quand il y a des travaux d’envergure comme ça, les arbres meurent. Si on en avait conservé quelques-uns, ils seraient tous morts deux ou trois ans après la fin des travaux », explique l’expert.

Le problème, dit-il, c’est tout ce qu’on ne voit pas, comme les racines. Avec le passage des camions lourds, les racines auraient été abîmées et, en utilisant leurs réserves, les arbres n’auraient pu survivre que deux ou trois ans.

C’est une bonne décision, poursuit l’expert, dans la mesure où les arbres qui seront plantés une fois les travaux terminés auront droit à plus de terre pour se déployer. « Il faut savoir que la Ville de Montréal a changé ses pratiques, explique M. Dumont. On était à deux ou trois mètres cubes de terre par arbre et l’objectif aujourd’hui est à cinq mètres cubes. »

En somme, il faut repenser la façon de construire des rues commerciales qui peuvent accueillir des arbres matures qui sont en santé, soutient-il.

« Le problème, c’est que les gens des arbres vont frapper un mur avec nos chers ingénieurs, qui vont vouloir passer leurs tuyaux et leurs machines. C’est un arbitrage qui se fait entre la place qui reste pour mettre des arbres et les services qu’on veut offrir en ville. »

Il conclut avec un avertissement : l’arbre joue un rôle vital en ville. « Avec les canicules qu’on a actuellement, la principale solution qu’on a, ce sont les arbres. »

Des travaux déjà entamés

La fameuse marquise de la rue St-Hubert a déjà été retirée lors d’une première phase de travaux, plus tôt cet été.

La Ville de Montréal avait confirmé, au début du mois d’août, ces travaux sur la Plaza Saint-Hubert, entre les rues Jean-Talon et Saint-Zotique.

Le projet de 55 millions de dollars va se poursuivre jusqu'en 2019 et permettra notamment la mise à niveau des infrastructures souterraines, le remplacement de la marquise, l'aménagement d'une voie de circulation « multiusage » pouvant accueillir les véhicules et les vélos, la construction de larges trottoirs en pavés de béton, la création de deux places publiques, la mise en place d'un nouveau mobilier urbain et le verdissement de l'artère.  

Grand Montréal

Politique municipale