•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des médecins français en renfort pour soigner des Montréalais des quartiers pauvres

Le médecin de famille Nicolas Riant estime qu'il y a de grands besoins à Montréal-Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre de la Santé prend les grands moyens pour régler le problème de ce que l'on appelle les déserts médicaux. Québec instaure des mesures pour forcer les médecins à s'installer dans certains quartiers pauvres de la métropole, et une douzaine de médecins français ont été recrutés pour ce faire.

Un texte de Davide Gentile

Ces mesures visent surtout les quartiers de Montréal-Nord et d'Hochelaga-Maisonneuve, où l'on peine à attirer des médecins.

Arrivé de France l'an dernier, Nicolas Riant, médecin de famille, a rapidement trouvé les 500 patients qu'on lui demande de prendre en charge.

J'ai trouvé mes patients par le biais du guichet d'accès. Plusieurs [d'entre eux] cherchaient un médecin depuis plusieurs années.

Le Dr Nicolas Riant

L'omnipraticien offre des soins à domicile et traite des patientes comme Denise Péloquin-Choquette, qui se déplace en fauteuil roulant. La femme de 80 ans a rapidement été convaincue de sa compétence.

« Il est efficace et attentif. Il a réussi à détecter un problème que je traînais depuis longtemps », dit-elle.

Le docteur Riant fait partie de la solution à la pénurie de médecins qui frappe Montréal-Nord, puisqu'une partie de sa clientèle vit dans ce quartier.

Selon lui, « il y a un gros besoin à Montréal-Nord. Et c'est vrai que l'arrivée des médecins français devrait faire beaucoup de bien, particulièrement en soins à domicile ».

Un gros avantage

Un homme portant des lunettes arrondies et un veston regarde une journaliste lui poser une question alors que plusieurs micros sont dirigés avec lui.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette

Photo : Radio-Canada

Après des mois de démarches, Québec a réussi à convaincre 13 omnipraticiens français de faire le saut dans la province. Des recrues ont été engagées pour régler en partie le problème des déserts médicaux.

« Ça touche spécifiquement deux quartiers : Montréal-Nord et Hochelaga-Maisonneuve », dit Gaétan Barrette, qui tente de régler le problème depuis des années.

Le recrutement d'omnipraticiens français comporte un gros avantage. En vertu de l'arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM), les médecins français qui viennent s’établir au Québec n'ont pas besoin de faire de stage.

Par contre, ils doivent pratiquer quatre ans dans l'établissement choisi. Cela signifie que les 13 médecins français qui ont choisi le CISSS du Nord-de-l'Île-de-Montréal devraient y demeurer plusieurs années.

Ensuite, ils retrouvent, entre guillemets, leur liberté. Mais on espère qu'après quatre ans ils seront attachés au quartier et qu'ils vont y rester.

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette

Québec a recruté ainsi une quarantaine de médecins étrangers par année ces dernières années.

Pénurie

La ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, Rita De Santis répond à quelques questions avant une réunion du caucus,  le 12 avril 2016.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rita de Santis

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Malgré cet apport, Montréal-Nord reste aux prises avec une pénurie. « C'est un besoin criant », dit Rita de Santis, députée libérale de Bourassa-Sauvé.

Avec une population de plus de 80 000 habitants, l'arrondissement « ne compte que quelques dizaines de médecins, alors qu'on devrait en avoir 80 », estime Mme de Santis.

Selon elle, la situation reste inéquitable pour la population locale.

Une partie de la population n'a pas de voiture. Se rendre ailleurs est difficile, particulièrement pour les aînés, qui sont nombreux dans l'arrondissement.

La députée libérale Rita de Santis

À son avis, l'arrivée de médecins français est un bon début.

Les permis de pratique médicale

Un médecin avec dans sa main l'image d'une famille de quatre personnes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un médecin de famille

Photo : iStock / Drouk

Le problème ne peut être résolu uniquement par le recrutement de médecins français. « Notre défi est d'amener ici des médecins formés au Québec », dit M. Barrette.

Les règles actuelles prévoient qu'un médecin doit pratiquer dans une zone particulière de l'île de Montréal. Ces zones correspondent grosso modo aux territoires des CLSC.

Selon Gaétan Barrette, les médecins vont aller aux extrémités de ces territoires au lieu d'aller dans les quartiers pauvres.

« Les jeunes médecins disent "oui je vais dans Hochelaga-Maisonneuve". Mais ils vont tous au nord de la rue Sherbrooke. Mais là, c'est fini! », clame le ministre de la Santé.

Les permis de pratique médicale pour 2019 seront plus contraignants quant au lieu d'exercice. « Ils vont constater que par exemple, dans Montréal-Nord, on ne peut pas aller près des quartiers mieux nantis. Il faudra aller dans la partie où sont les besoins », explique le Dr Barrette.

Diversité ethnique

Nicolas Riant est pour sa part très satisfait d'avoir choisi le Québec. Le médecin d'origine française admet que l'hiver « est un challenge ».

Mais il apprécie la pratique médicale au Québec, entre autres en raison du travail d'équipe en soins à domicile. « J'aime aussi la diversité ethnique de Montréal », dit-il.

Il pense que les médecins français peuvent avoir une pratique intéressante dans les quartiers moins favorisés de Montréal. « Je m'en félicite. Je suis là pour rester et je leur souhaite d'avoir le même bonheur que moi », lance-t-il.

Québec affirme vouloir recruter au total cent médecins de famille français.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique provinciale