•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chien qui a blessé des enfants à Montréal-Nord sera euthanasié

Un chien qui a la bouche ouverte pour haleter regarde droit devant lui. Il est assis dans une voiture de police et une sorte de licou semble être mis sur lui.
Un chien qui a attaqué, selon des témoins, deux enfants dans l'arrondissement de Montréal-Nord. Photo: Courtoisie / Sylvain Proulx
Radio-Canada

Pendant que le chien qui a blessé six personnes à Montréal-Nord, dimanche dernier, est en cage à la SPCA en attendant d'être euthanasié, le débat sur la réglementation canine continue de faire rage à Montréal et au Québec.

La mairesse de l’arrondissement de Montréal-Nord, Christine Black, s’est opposée au nouveau règlement adopté mardi par l’administration de la mairesse de la métropole québécoise, Valérie Plante.

« Avec le règlement actuel, nous on est convaincus que ça pourrait se reproduire », a déclaré Mme Black en entrevue à RDI Matin. « Elle [la mairesse] l’a dit elle-même que les situations avec des chiens agressifs peuvent se reproduire à Montréal ou ailleurs. Dans ce contexte-là, on a voulu envoyer un message très clair [à la mairie]. »

Mme Black estime que l’ancien règlement, adopté par l’administration du maire Denis Coderre, constituait une meilleure protection contre les chiens potentiellement dangereux. « À terme, avec [l’ancien] règlement, ça faisait en sorte que les chiens de type pitbull n’étaient plus sur l’île de Montréal », explique-t-elle.

Son arrondissement a tenté d’interdire ce type de chien, mais il s’est heurté à la résistance populaire. « On a essayé de le faire de notre côté, mais ça n’a pas fonctionné, les gens ont été très réactifs. », confie-t-elle. « Québec a aussi tenté de le faire, mais lui aussi a dû reculer, ça a été difficile ».

« Il faut continuer ce débat-là au Québec, poursuit la politicienne, pour faire en sorte de trouver des solutions pour que l’être humain prime. »

Je ne pense pas que la solution est facile à trouver, mais en tant que société on se doit de le faire et l’administration Plante va devoir aller dans ce sens-là.

Christine Black

Euthanasie

Jugeant qu'il possède suffisamment de données au sujet de la nature des événements et de l'animal concerné, l'arrondissement de Montréal-Nord a pris la décision de faire euthanasier le chien qui a mordu six personnes.

Sans attendre les résultats d'une évaluation comportementale du chien, la direction de l'arrondissement a donc signé aujourd'hui un ordre d'euthanasie qui sera remis en main propre, au cours des prochaines heures, à la gardienne reconnue de l'animal.

Par contre, l'animal ne sera pas euthanasié avant la fin août. La SPCA conservera la garde du chien jusqu'à l'euthanasie.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) doit mener des tests sur le chien dans le cadre de son enquête et le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAC) doit déterminer si l’animal a la rage avant de procéder à son euthanasie.

L'arrondissement a choisi de ne pas procéder à une évaluation comportementale du chien, puisqu'il avait déjà mordu par le passé.

Temporairement hébergé par une dame de 62 ans, le chien a attaqué deux enfants de la même famille dans un intervalle de quelques heures dimanche à Montréal-Nord.

Une fillette de 4 ans a subi plusieurs blessures à la tête. Elle a dû être hospitalisée et a reçu 16 points de suture, selon le SPVM. Plus tard dans la journée, le même chien a récidivé et a attaqué un garçon de 7 ans qui a subi une grave fracture ouverte au bras.

Avec des informations de Geneviève Garon

Grand Montréal

Prévention et sécurité