•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions positives à la vente de l’aciérie Algoma

Les installations de l'aciérie Algoma à Sault-Sainte-Marie.

La vente de l’aciérie Algoma entrera en vigueur le 30 septembre, selon ce qui a été entendu en cour supérieure à Toronto mercredi.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

L'aciérie Algoma de Sault-Sainte-Marie n'a plus besoin de se protéger de ses créanciers : un juge de la Cour supérieure de l'Ontario a donné son feu vert, mercredi, à la vente de l'entreprise à une société à dénomination numérique basée en Colombie-Britannique.

Un texte de Caroline Bourdua, en collaboration avec Jean-Philippe Nadeau et Philippe De Montigny

L’entreprise avait fait faillite sous le poids de ses dettes en 2015, mais le processus de restructuration permettra d’épargner les 2800 travailleurs de la fonderie.

Le président-directeur général d’Algoma ne cachait pas sa joie après une saga judiciaire qui aura duré 3 ans. Kaylan Ghosh restera à la tête de nouvelle entité.

La vieille compagnie continuera d’exister sur papier, parce que nous n’avons fait que vendre nos avoirs à une société à dénomination numérique de Colombie-Britannique, souligne-t-il.

L’entreprise reprendra son nom d’Algoma Steel Inc. lorsque la vente sera finalisée à la fin septembre.

Les derniers points en litige ont été réglés in extremis à l’issue d’une entente de principe qui doit néanmoins toujours faire l’objet d’une audience devant les tribunaux.

Des douzaines d’avocats représentent quatre différentes parties :

  • L’entreprise Algoma;
  • Le syndicat des Métallos;
  • La Ville de Sault-Sainte-Marie;
  • De nombreux créanciers.
Aciérie Algoma en bordure de la rivière St. Mary's à Sault-Sainte-Marie. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le nouveau propriétaire d’Algoma voudrait prendre possession de l’aciérie de Sault-Sainte-Marie dès le 30 septembre.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

La dette de l’entreprise atteignait 1,2 milliard de dollars américains en 2015. Au début de la décennie, le marché de l’acier battait de l’aile et la compagnie Algoma n’avait plus de liquidités.

Avec la vente de ses avoirs, l’aciérie n’aura plus qu’une dette de 300 millions de dollars américains, ce qui lui permet de ne plus recourir à la Loi sur les arrangements avec les créanciers.

Il y aurait environ 125 compagnies à qui l’aciérie doit plus de 25 millions de dollars pour des travaux effectués avant 2015.

M. Ghosh assure que ces petites entreprises seront possiblement remboursées lorsque le processus de restructuration sera complété.

Soupir de soulagement à l'Hôtel de Ville

Le maire Christian Provenzano se dit persuadé que la nouvelle compagnie pourra prendre un nouvel essor qui sera bénéfique au niveau du développement économique de la région.

7,34 % des emplois de la ville, + de 12 % des salaires, 48 % de la valeur (en $) de la production brute, Algoma : 2900 employés (environ)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Industrie sidérurgique à Sault-Sainte-Marie - Chiffres

Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon / Icônes : www.flaticon.com

M. Provenzano rappelle que l’entreprise Algoma possède de grands terrains qu’elle pourrait louer à des investisseurs, ce qui permettrait de créer d’autres emplois manufacturiers dans la ville et d’y attirer des capitaux.

Prudence syndicale

Le président de la section locale 2251 du syndicat des Métallos, Mike Da Prat, qui représente 2400 employés de production, se fait prudent.

Nos membres sont soulagés, d’autant que les régimes de retraite ont également été épargnés, mais attendons de finaliser l’entente avant de crier victoire

Mike Da Prat, président de la section locale 2251 du syndicat des Métallos

Ce n’est pas terminé, mais c’est un important pas en avant, ajoute-t-il.

Une fonderie d'acier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’aciérie Algoma fabrique une variété de produits destinés à la construction de pont, de véhicules et qui dessert aussi l’industrie gazière et pétrolière.

Photo : Jose Saavedra / Reuters

Les syndicats ont déjà négocié de nouvelles conventions collectives.

M. Da Pratt souligne que la négociation d’une nouvelle convention collective a été un travail de longue haleine et qu’il est de mise dans une restructuration de garantir les acquis des travailleurs.

Prêts gouvernementaux

Selon Kalyan Ghosh, les gouvernements fédéral et ontarien avaient donné un total de 60 M$ à Essar Steel Algoma avant qu’elle ne se place sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Ces sommes n’ont pas été touchées, dit-il, en précisant que cette partie du dossier est entre les mains des nouveaux acheteurs.

Lundi, la Ville de Sault-Sainte-Marie, à qui Essar Steel devait des arrérages fonciers, a accepté une entente avec le nouvel employeur, ce qui lui permettra de récupérer plus de 90 % des sommes qui étaient impayées depuis 2015.


Algoma - 6 dates clés

  • Février 1901 : fondation de la compagnie Algoma;
  • Février 1902 : la première barre d’acier est coulée;
  • Mars 1932 : la crise économique force la mise sous séquestre de la compagnie;
  • Mai 1951 : début d’une entente avec General Motors, avec un prêt de 15 M$ pour l'agrandissement de l’usine et la promesse d’acheter l’acier d’Algoma jusqu’en 1967;
  • 2004 : année la plus profitable, avec un revenu net de 343,8 M$;
  • 2007 : la compagnie indienne Essar Steel achète Algoma;
  • Septembre 2015 : la compagnie Essar Steel Algoma Inc. se place sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers

Nord de l'Ontario

Emploi