•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bus à haut niveau de service à Saskatoon, bon pour la santé?

Dessin d'une rue où passera le bus à haut niveau de service à Saskatoon.
Les nouveaux abribus seront redessinés. Photo: Ville de Saskatoon
Radio-Canada

La ville de Saskatoon sera durant les prochains mois sous la loupe d'un groupe de chercheurs, aux côtés de Montréal, de Vancouver et de Victoria. L'équipe de recherche INTErventions urbaines, Recherche-Action, Communautés et sanTé (INTERACT) tentera de déterminer les effets de nouvelles infrastructures urbaines sur la santé physique et mentale.

Dans la Ville des Ponts, l’autobus à haut niveau de service sera au centre de l’étude.

Ce projet, entamé en novembre dernier, consiste en l’installation de trois lignes d’autobus principales : une qui mène du nord au sud, et deux autres qui parcourent la ville d’est en ouest.

Sur ces lignes prioritaires, le passage des autobus sera plus fréquent. Le temps d’attente sera de moins de 10 minutes, promet la Ville.

Plan de Saskatoon indiquant les lignes du nouveau service d'autobus.Le bus à haut niveau de service de Saskatoon aura trois lignes. Photo : Ville de Saskatoon

Ce projet de 120 millions de dollars comprend aussi des abribus plus grands et chauffés à l'aide d'un bouton sur lequel les usager peuvent appuyer.

« Notre hypothèse de départ est que le développement du bus va augmenter l’activité physique des gens qui vont utiliser le service », explique le cochercheur principal de la recherche INTERACT, Daniel Fuller.

L’effet de ce service de transport en commun sur la santé mentale et le bien-être reste à élucider, affirme-t-il, car il y a eu très peu de recherches sur le sujet.

Saskatoon côte à côte avec d’autres villes canadiennes

Les villes ciblées par l’étude ont ou auront d’ici cinq ans de nouvelles infrastructures urbaines majeures, qui mèneront à une transformation des déplacements intra-muros.

À Victoria, la Ville veut construire 24 kilomètres de pistes cyclables dans l’objectif d’être « la meilleure petite ville cyclable du monde », explique Daniel Fuller.

Victoria s'est donné comme objectif de convertir 70 % de ses habitants à des déplacements à pied ou en vélo d'ici 2041.

À Vancouver, le corridor Arbutus, qui relie sur 9 kilomètres le nord et le sud de la ville, est en cours d’aménagement. Après consultation de la population, un premier plan de conception a été adopté le mois dernier. Cet ancien trajet de chemin de fer, devenu piste cyclable, sera bonifié notamment par des jardins communautaires, des terrains de jeux et une tour d’observation.

À Montréal, les chercheurs examineront le plan de développement durable de la Ville, qui comprend plusieurs petites infrastructures élaborées par la Ville et les organismes de quartier, telles que les ruelles vertes.

Participation en ligne

Les participants à ces études sont recrutés par le site Internet d'INTERACT. Pour l’étude de Saskatoon, les participants sont admissibles s’ils prennent le bus au moins une fois par mois ou s'ils habitent dans un rayon de 800 mètres des nouvelles lignes de bus à haut niveau de service.

L’expérience est par la suite menée par des questionnaires en ligne, une application mobile ou encore un téléavertisseur.

Saskatchewan

Transport en commun