•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Slogans électoraux : les mots-clés ont la cote

Les slogans : « Maintenant » (CAQ), « Sérieusement » (PQ), « Populaires » (QS) et « Pour faciliter la vie des Québécois (PLQ).

Tous les partis, à l'exception du Parti libéral du Québec, ont opté pour un seul mot-clé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La campagne électorale n'est pas officiellement déclenchée que déjà les slogans des quatre principaux partis politiques circulent sur les réseaux sociaux. Tous, excepté le Parti libéral du Québec (PLQ), ont opté pour un seul mot-clé. Lequel tape le plus dans le mille?

Un texte de Julie Marceau (Nouvelle fenêtre)

« Un slogan, ça sert d'étincelles pour générer des émotions, c’est une première impression, une synthèse de la proposition du parti », explique Louis Aucoin, stratège en communication et spécialiste en gestion de crise à Tesla RP.

Selon lui, les slogans « Maintenant » de la Coalition avenir Québec (CAQ) et « Populaires » de Québec solidaire (QS) ont le mérite d’être clairs tout en caractérisant bien le parti.

« C’est autoréférentiel, dit-il. Chez QS, on se définit par la classe populaire. Ils font référence à eux-mêmes. »

Du côté de la CAQ, il y a l'idée que le temps est venu pour le parti de prendre le pouvoir. « Il y a une référence au fait d’être passé proche du pouvoir et de dire "maintenant, on va être élus" », souligne M. Aucoin.

Bernard Motulsky, titulaire de la Chaire de relations publiques et de marketing à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), estime que les slogans qui appellent à l’action, comme celui de la CAQ, ont l’avantage de « mobiliser ».

Il donne en exemple le slogan électoral du président américain Donald Trump : « Make America Great again ».

« Le message est de dire : votez pour nous. C’est maintenant ou jamais », résume M. Motulsky.

« Il faut comprendre comment ça se crée, un slogan. Les partis font des groupes de discussions avec des électeurs, avec des membres du parti », explique Thierry Giasson, professeur au département de sciences politiques et directeur du groupe de recherche en communication politique à l'Université Laval.

On écoute les gens et on retient les expressions qu’ils utilisent lorsqu'ils pensent au parti.

Thierry Giasson,, directeur du groupe de recherche en communication politique à l'Université Laval

Selon Thierry Giasson, un mot-clé peut être très utile s’il est bien exploité. « Un slogan, ça n’existe pas en vase clos. Un seul mot facilite le travail de déclinaison [...] et ça se transforme en hashtag, en mot-clic. Ça se décline instantanément sur le numérique », ajoute-t-il.

« Sérieusement », un slogan plus risqué?

Les quatre analystes consultés par Radio-Canada estiment que le slogan péquiste est plus risqué.

« Le problème, c'est que les libéraux ont travaillé sérieusement. Si tu te présentes contre Donald Trump, là tu peux dire "sérieusement" », estime Louis Aucoin.

Bernard Motulsky est également surpris de cette stratégie. « J’ai du mal à voir l'argumentaire derrière. Ils ont amorcé une campagne d'autodérision. Quand on dit "sérieusement", c'est qu'on veut être pris au sérieux. »

Tous soulignent néanmoins que les mots-clés choisis par le PQ, la CAQ et QS ont l’avantage d’être faciles à retenir. « Un slogan, on s'en rappelle, on se le répète, c'est le langage quotidien, c’est un "ah ha! Familiprix!" qui sert à mieux identifier un parti », note Bernard Motulsky.

« Pour faciliter la vie des Québécois », un bon slogan?

Le slogan qui a le moins de force, selon les analystes, est celui du Parti libéral. Plus « traditionnel », il a ses avantages et ses inconvénients.

« Il a le mérite de donner de la place au parti pour s'expliquer. Oui, on reste dans le traditionnel, mais comme disait Jerry Seinfeld: "Parfois, le chemin le moins fréquenté est moins fréquenté pour une raison" », rappelle Louis Aucoin.

« Et synthétiser à un mot, c’est aussi se mettre un peu à côté du débat, éviter la prise de position », ajoute-t-il.

De l'avis de Thierry Giasson, le slogan libéral permet au parti de mettre en valeur son bilan, mais laisse à penser qu'on doit « encore faciliter la vie des Québécois ».

« La proposition du Parti libéral n'est pas révolutionnaire, mais au moins elle a le mérite d'être une proposition claire », croit pour sa part le spécialiste de l'image et professeur associé à HEC Montréal, Jean-Jacques Stréliski.

Synthétiser des choses à un seul mot, ça me paraît un peu prétentieux.

Jean-Jacques Stréliski, professeur associé à HEC Montréal et spécialiste de l’image

« Un mot-clé, ça se récupère sur les médias sociaux avec des points d'interrogations, d’exclamations, mais je suis un peu déconcerté comme communicateur de voir la facilité avec laquelle on s'est lancé là-dedans. On est loin du "Yes We Can" d'Obama, qui était un appel à la mobilisation, un appel à une cause », lance Jean-Jacques Stréliski.

Thierry Giasson n’est pas de cet avis. « Le slogan, c'est un ralliement qui permet de mettre en avant le thème central de sa campagne, l'identité qui le démarque, et je pense qu'on peut très bien le faire par un mot. »

À savoir lequel de ces slogans est le meilleur, M. Giasson estime qu'il n'y a pas à trancher. « Ils ont tous été choisis en fonction de la recherche faite par les partis. Les partis ne s'adressent pas à toute la population, ils s'adressent à certains électeurs, le slogan doit les rassurer, doit leur parler. »

Slogans électoraux de 1960 à aujourd'hui

2018

  • CAQ : Maintenant
  • PLQ : Pour faciliter la vie des Québécois
  • PQ : Sérieusement
  • QS : Populaire

2014

  • CAQ : On se donne Legault
  • PLQ : Ensemble, on s'occupe des vraies affaires
  • PQ : Plus prospère, plus fort, plus indépendant, plus accueillant (Déterminée)
  • QS : Je vote avec ma tête

2012

  • CAQ : C'est assez, faut que ça change
  • PLQ : Pour le Québec
  • PQ : À nous de choisir
  • QS : Debout

2008

  • ADQ : Donnez-vous le pouvoir
  • PLQ : L'économie d'abord, OUI
  • PQ : Le Québec gagnant

2007

  • ADQ : Au Québec, on passe à l'action
  • PLQ : Unis pour réussir
  • PQ : Reconstruisons le Québec
  • QS : Restons lucide, votons solidaire

2003

  • ADQ : L'avenir autrement
  • PLQ : Nous sommes prêts
  • PQ : Restons forts

1998

  • ADQ : L'avenir en tête
  • PLQ : Pour un Québec plus fort
  • PQ : J'ai confiance

1994

  • ADQ : Le pouvoir de l'audace
  • PLQ : L’emploi
  • PQ : Une autre façon de gouverner

1989

  • PLQ : Assurons notre avenir
  • PQ : Je prends le parti du Québec

1985

  • PLQ : Maîtriser l’avenir (Changeons pour du solide)
  • PQ : Le Québec avec Johnson

1981

  • PLQ : Pour du vrai progrès au Québec
  • PQ : Faut rester forts au Québec
  • UN : La voie du bon sens

1976

  • PLQ : Bourassa notre garantie. Non au séparatisme
  • PQ : On a besoin d'un vrai gouvernement (On mérite mieux que ça)
  • UN : C'est le temps de l'Union nationale

1973

  • PLQ : Bourassa construit (Votons libéral)
  • PQ : J'ai le goût du Québec
  • UN : Pour l'avenir d'un Québec fort

1970

  • PLQ : 100 000 emplois
  • UN : Québec plus que jamais
  • PQ : Oui

1966

  • PLQ : Pour un Québec plus prospère (Québec en marche)
  • UN : Québec d'abord

1962

  • PLQ : Maîtres chez nous
  • UN : Votez pour le bon sens

1960

  • PLQ : C'est le temps que ça change
  • UN : Vers de nouveaux sommets

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique