•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réinventer la gestion des matières résiduelles

Le centre de récupération Ré-Uîles au îles-de-la-Madeleine

Le centre de récupération Ré-Uîles au îles-de-la-Madeleine

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Insulaires, les Madelinots doivent développer différentes solutions pour favoriser l'économie circulaire afin d'éviter d'exporter leurs déchets et matières recyclables.

Un texte de Joane Bérubé

Il est interdit d’enfouir aux Îles. Tout ce qui n’est pas utilisé par les Madelinots doit sortir.

Chaque année près de 200 camions quittent les Îles avec, dans leur benne, des déchets et des matières recyclables (Nouvelle fenêtre). La facture de la gestion des matières résiduelles s’élève à 4 millions de dollars par année. La gestion des déchets occupe aux Îles le premier rang des dépenses budgétaires municipales.

Dans le domaine de la récupération et de la réutilisation des déchets, les Madelinots sont donc devenus des précurseurs.

  • Dès 1996, l'archipel instaure un système de tri à trois voies pour les déchets, le compost et les matières recyclables.
  • Créé en 1982, le centre de récupération Ré-utîles reçoit 1000 tonnes de matériel chaque année. Dans ce centre, tout est pensé pour redonner une seconde vie aux objets. Plusieurs sont revendus au magasin de Cap-aux-Meules.
  • Une « matériauthèque  » récupère et revend les matériaux de construction.
  • Partenaire de ces entreprises, le Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes développe de nouveaux projets pour récupérer le cordage, les bardeaux d’asphalte ou les coquilles de palourdes.

Ces initiatives et d’autres dans le reportage de Philippe Grenier :

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Matières résiduelles