•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 33 jours du vote, les partis politiques commencent à faire des promesses

David Coon lève les bras en l'air avec son équipe pour lancer la campagne.

Le Parti vert a lancé sa campagne en compagnie de plusieurs bénévoles et candidats.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À deux jours du lancement officiel de la campagne électorale, le Parti vert passe à l'attaque. Dans leur autocar de campagne, les libéraux lancent deux nouvelles promesses : offrir des cours de langue et maintenir le moratoire sur la fracturation hydraulique. Et les progressistes-conservateurs promettent d'être plus flexibles sur la ligne de parti. Voici un résumé du jour.

Bénévole, candidat et chef étaient tous vêtus de vert au quartier général de David Coon à Fredericton, où il tente de se faire réélire.

Lors d'un entretien bilingue avec des journalistes, le chef du Parti vert a déclaré que la qualité des services publics sera son principal enjeu lors de la campagne électorale.

Pour moi c’est une passion, on a besoin d’avoir des services publics très efficaces.

David Coon découpe un ruban vert à l'entrée de son quartier général de campagne.

David Coon découpe un ruban vert à l'entrée de son quartier général de campagne.

Photo : Radio-Canada

Sans donner de chiffre, David Coon espère pouvoir augmenter le nombre de députés vert à l’Assemblée législative.

C’est la décision des électeurs, mais j’imagine un gros caucus de députés verts.

David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick

Cinq! lance sa chef adjointe Marilyn Merrit-Gray à ses côtés. Non : plus!, lui répond le chef vert.

David Coon souhaite convaincre les électeurs de faire confiance aux verts comme une véritable option entre les libéraux et les progressistes-conservateurs.

Nous sommes les gens que la population attend puisque nous sommes comme eux : nous sommes simplement des personnes normales qui font le saut [en politique].

Brian Gallant lors d'un point de presse mardi. Derrière lui se tient son équipe.

Brian Gallant lors d'un point de presse mardi.

Photo : Radio-Canada

Des cours de langues et le maintien d’un moratoire, promettent les libéraux

De passage à Barnaby Rivers, les libéraux ont promis l’instauration de cours de langues à tous les adultes qui souhaiteraient apprendre le français ou l’anglais.

Une main-d’oeuvre bilingue donne un avantage concurrentiel au Nouveau-Brunswick, juge Brian Gallant. De nombreux employeurs choisissent de s’établir dans la province pour en profiter, selon lui.

Renforcer [cet aspect] de notre main-d’oeuvre sera un vrai atout.

Brian Gallant, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick

Plus tard dans la journée, lors d’un point de presse bilingue, le chef libéral a annoncé que le moratoire sur la fracturation hydraulique sera maintenu au nom de la protection de l’environnement s'il est réélu. Nous devons protéger notre eau.

Il en a profité pour s’attaquer à son principal adversaire, Blaine Higgs, à qui il reproche de vouloir lever ce moratoire pour certaines régions. Cela menacerait l’approvisionnement en eaux potables, juge-t-il.

Blaine Higgs en train de faire une allocution. Derrière lui se tient son équipe.

Du côté conservateur, on porte le bleu.

Photo : Radio-Canada

Reconnecter avec les citoyens, soutiennent les conservateurs

Du côté de l’équipe progressiste-conservatrice, Blaine Higgs a stipulé avoir fait un constat lors d'un point de presse en anglais : les citoyens ne sont plus interpellés par ce qui se passe à l’Assemblée législative.

Il a donc pris l’engagement d’être plus souple avec l’application de la ligne de parti. Aucun représentant ne sera pénalisé pour avoir voté selon sa conscience.

Actuellement, c’est la politique avant la province, et cela doit cesser.

Blaine Higgs, chef du parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

Cela pourrait-il se traduire par un processus législatif plus complexe? Possiblement, répond le chef. Mais je choisis de faire ce qui est juste au lieu de faire ce qui est le plus facile.

Ça s’appelle la démocratie, c’est sur quoi nous devrions revenir.

Blaine Higgs, chef du parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick

Selon lui, le gouvernement doit rendre des comptes plus souvent aux citoyens. Il promet donc aussi de tenir des séances sur les réseaux sociaux pour répondre aux questions de la population.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale