•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enzymes pourraient révolutionner les dons de sang

Un sac de sang

Un sac de sang

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) affirment avoir réalisé une avancée majeure dans le domaine des transfusions sanguines.

Un texte de Jacqueline Landry

Ils ont réussi à isoler un puissant groupe d'enzymes qui peuvent transformer tous les groupes sanguins en les rendant universels, comme le groupe 0.

« Pour qu'une transfusion sanguine soit sécuritaire, il faut que le sang du donneur corresponde à celui du receveur », explique Steven Hallam, microbiologiste et professeur associé qui fait partie de l'équipe de chercheurs dirigée par le professeur Stephen Withers, du département de chimie à l'UBC.

Cette découverte va permettre de distribuer les dons de sang plus facilement sans les barrières des groupes sanguins.

Steven Hallam, professeur associé à l'UBC

Une barrière redoutable

Les différents groupes sanguins sont déterminés par la présence d'antigènes sur la membrane des globules rouges.

Des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes flottent dans une veine.

Photo : iStock

Le groupe A possède l'antigène A, le groupe B a l'antigène B, le groupe AB possède les deux antigènes, alors que le groupe 0 n'en a aucun.

Le chercheur explique que les antigènes provoquent une réponse immunitaire aux dons de sang étrangers administrés aux patients. Ces derniers doivent donc recevoir une transfusion sanguine de leur groupe ou du groupe 0, pour éviter une réaction qui mettrait leur vie en danger.

Une transfusion de sang

Une transfusion de sang

Photo : iStock

C'est pourquoi, jusqu'à présent, dit le chercheur, le groupe 0 était si important.

« À moins, ajoute-t-il, de trouver une façon de neutraliser l'antigène dans le sang pour le transformer en groupe 0. Ce qui a été réussi avec succès », affirme-t-il.

En 2015, les chercheurs ont découvert des enzymes capables de réaliser cette prouesse. Ils annoncent maintenant qu'ils ont découvert un groupe de superenzymes dans l'intestin humain. Ces enzymes contiennent des sucres semblables à ceux des antigènes sanguins.

Des années d'analyses

Depuis 1982, des recherches étaient réalisées sur ces enzymes, mais ce n'est que tout récemment que des enzymes 30 fois plus puissantes ont été découvertes par les chercheurs de l'UBC.

Les chercheurs ont réussi à produire une grande quantité de ces enzymes en les clonant et ont constaté que les enzymes clonées gardent leurs propriétés sur les antigènes. Des tests cliniques auront bientôt lieu.

« Permettre aux produits sanguins d'être distribués sur une plus large échelle est d'une très grande importance, souligne le chercheur, alors que les désastres naturels se multiplient sur la planète. »

Il ajoute que la Croix-Rouge canadienne et les Services de sang américains ont fait appel à la population récemment, car leurs réserves étaient au plus bas.

Nous espérons que cette découverte pourra servir, dans un avenir proche, aux dons et aux transplantations d'organes, peu importe le groupe sanguin du malade.

Steven Hallam, professeur associé à l'UBC

Les résultats de la recherche, financée par l'Institut canadien de recherche sur la santé, ont été présentés mardi devant les membres de l'American Chemical Society, à Boston.

Colombie-Britannique et Yukon

Recherche médicale