•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ promet un milliard de dollars pour les soins à domicile

Des mains tiennent un stéthoscope dans le creux d'un coude.

Mesure de la tension artérielle d'un patient

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Parti québécois (PQ) propose d'investir un milliard de dollars sur quatre ans pour offrir davantage de soutien à domicile aux patients québécois.

Un texte de Laurence Royer avec les informations d'Alix-Anne Turcotti

De passage à Sept-Îles pour présenter le programme du Parti québécois en santé, la candidate Diane Lamarre affirme que les patients de la Côte-Nord, notamment, ont exprimé des besoins en ce qui a trait aux soins à domicile.

Les gens veulent plus de soutien à domicile. Ils ont besoin d’avoir un inhalothérapeute qui vient à domicile, un physiothérapeute, une infirmière, un travailleur social, un psychologue.

Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé

Selon elle, cet important investissement permettrait aussi de désengorger les CHSLD.

Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé.

Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé

Photo : Radio-Canada

Diane Lamarre a également promis que le PQ réservera 200 millions de dollars pour le financement des organismes communautaires.

Par ailleurs, elle assure aussi que le parti de Jean-François Lisée modifierait la politique de centralisation des services en santé, comme le projet Optilab, en misant sur le développement des services de proximité.

Je ne crois que pas qu'il y ait de l'avantage à centraliser comme monsieur Barrette a voulu le faire avec Optilab.

Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé

De son côté, la députée péquiste de Duplessis et candidate aux prochaines élections, Lorraine Richard, se dit déterminée à défendre les propositions de son parti en matière de santé et à défendre les intérêts des Nord-Côtiers.

Lorraine Richard ajoute que les investissements proposés par son parti ne sont pas des promesses irréalistes.

Élections provinciales

Politique