•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-avocat de Trump plaide coupable et implique le président

L'ex-avocat du président américain, Michael Cohen, à sa sortie du tribunal de Manhattan mardi.
L'ex-avocat du président américain, Michael Cohen, à sa sortie du tribunal de Manhattan mardi Photo: Reuters / Mike Segar
Radio-Canada

L'ex-avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen, a plaidé coupable mardi à huit chefs d'accusation. Deux de ces chefs concernent le financement des campagnes électorales, relativement à des sommes versées à deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec le président américain, en échange de leur silence.

L'ex-avocat de 51 ans n'a pas précisé le nom des deux femmes, mais les montants - 130 000 $ et 150 000 $ - correspondent à ceux versés à l'actrice et réalisatrice porno Stormy Daniels, qui affirme avoir eu une liaison avec Donald Trump en 2006, et à Karen McDougal, une ex-playmate qui affirme également avoir eu une liaison avec le milliardaire en 2006-2007.

M. Cohen a affirmé avoir agi « à la demande du candidat » et « avec l'intention d'influencer l'élection » présidentielle de 2016.

Il a également plaidé coupable à un chef d'accusation de fraude bancaire et à cinq chefs d'accusation de fraude fiscale.

En vertu de l'accord qu'il a conclu avec les procureurs fédéraux, il pourrait être condamné à quatre ou cinq ans de prison le 12 décembre.

Il est entré au tribunal de Manhattan peu après 16 h, vêtu d'un veston, d'une chemise blanche et d'une cravate dorée. Il était suivi de son avocat, Guy Petrillo.

M. Cohen a accepté de plaider coupable pour « que sa famille passe à autre chose », a affirmé Me Petrillo. Si les paiements versés pour influencer une élection sont un crime pour son client, « pourquoi ne le seraient-ils pas pour Donald Trump? », a-t-il demandé.

De tels accords de culpabilité, avec ou sans collaboration avec les enquêteurs, sont courants aux États-Unis lorsque les procureurs disposent d'éléments de preuve suffisants pour espérer obtenir une condamnation en cas de procès.

Cet accord est un coup dur pour le président Donald Trump. M. Cohen a rendu durant 10 ans de loyaux services à l'ex-magnat de l'immobilier new-yorkais. Il était loyal au point d'avoir dit un jour qu'il serait prêt à « prendre une balle pour le président ».

Il survient le jour même où Paul Manafort, l'ex-président de campagne du président américain, a été reconnu coupable de huit chefs d'accusation dans son procès pour fraude financière.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et Associated Press

Politique américaine

International