•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chien qui a mordu des enfants à Montréal-Nord s'était déjà montré agressif

Le reportage de Geneviève Garon.
Radio-Canada

Le chien qui a violemment mordu deux enfants dans une résidence de l'arrondissement de Montréal-Nord dimanche avait déjà fait preuve d'agressivité par le passé, selon le rapport du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) obtenu par Radio-Canada.

Un texte de Sarah Sanchez

Le rapport d’incident, qui indique que six personnes ont été blessées en tout lors des événements, décrit l’animal comme un « american pitbull d’un an et demi qui pèse 70 livres ». L’expert canin n’a toutefois pas encore confirmé la race exacte du chien.

Selon le document de neuf pages, la résidente de Montréal-Nord de 62 ans chez qui les événements se sont déroulés avait accepté de récupérer le chien d’une connaissance qui souhaitait s'en départir parce qu’elle venait d’accoucher.

La propriétaire du chien avait bien avisé la dame que l’animal devait porter une muselière 24 heures sur 24, parce qu’il avait déjà mordu un autre chien dans un parc.

La bête est arrivée samedi après-midi alors que la femme avait sous sa garde quatre de ses petits-enfants âgés de 11, 7 et 4 ans, ainsi qu'un bébé de 20 mois.

En sortant de la voiture, l’animal a aussitôt sauté sur l'enfant de 20 mois en lui donnant des coups de muselière. Trois adultes ont dû intervenir pour maîtriser le chien. Il a ensuite récidivé sur la fillette de 4 ans.

La grand-mère des enfants a l’habitude de recueillir des animaux pour assurer la transition entre le maître, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) et la nouvelle famille d’accueil.

Selon son témoignage, elle avait entamé des démarches avec l’organisme Freedom Drivers, qui devait venir chercher l’animal le lendemain pour ensuite le transférer au Nouveau-Brunswick. L'organisme Freedom Drivers, qui a contacté Radio-Canada, nie toutefois être partie prenante de cet événement. Sa fondatrice, Tayna Thorpe, indique que c'est une bénévole qui a, de son propre chef et sur son temps, offert d'amener le chien à la SPCA.

Au cours de la nuit de samedi à dimanche, le chien, toujours muni de sa muselière, s’en est pris une fois de plus au bébé de 20 mois, le terrorisant et le faisant tomber de son lit.

La grand-mère a alors décidé d’attacher le chien entre les deux portes de l’entrée.

La situation dégénère

Le lendemain, vers 10 h, l’animal est parvenu à se défaire de sa muselière, mais comme il jouait tranquillement avec les enfants, la grand-mère ne la lui a pas remise.

Selon les témoignages recueillis par la police, le chien était libre dans la maison, sans muselière.

Quelques instants plus tard, la bête a mordu le crâne de la fillette de 4 ans. La grand-mère a tenté en vain de retenir le chien en tirant sur son collier en plus de le frapper à la tête avec un tournevis.

Elle a sorti la fillette à l’extérieur de la maison et est finalement parvenue à enfermer le chien à nouveau.

Une dame de l’organisme Freedom Drivers est alors arrivée sur les lieux, mais au lieu de récupérer le chien comme prévu, elle a dû emmener la fillette à l’hôpital puisque la grand-mère n’a pas de voiture.

Ni la police ni l’ambulance n’ont été appelées à ce moment.

La grand-mère a appelé sa fille pour qu’elle vienne s’occuper des enfants, laissés seuls à la maison.

Sa fille lui a demandé d’appeler la police, mais la grand-mère lui a répondu que ce n’était pas la peine, puisque la SPCA devait arriver d’un moment à l’autre pour prendre le chien.

La mère est arrivée 30 minutes plus tard avec trois autres enfants.

Vers 15 h, elle est sortie fumer une cigarette. C’est à ce moment que le chien a réussi à s’échapper. La femme, paniquée, a demandé aux enfants de sortir par la fenêtre de la chambre. Le chien est tout de même parvenu à attaquer l’enfant de 7 ans, qui a subi une grave fracture ouverte au bras.

Un voisin et des passants au secours des enfants

Un voisin, qui a entendu des hurlements, s'est alors dirigé vers la résidence pour tenter de secourir les enfants. Muni d'une pelle, il a frappé le chien à la tête. L'animal a ensuite poursuivi les enfants, qui ont réussi à s'enfuir à l'extérieur de la résidence.

Un automobiliste, qui a également entendu des cris, est alors sorti de son véhicule pour sauver un des enfants qui semblait être la prochaine victime du chien. L'homme a pris le jeune dans ses bras et l'a soulevé dans les airs pour que le chien n'arrive pas à le mordre, mais en vain. L'animal a réussi à mordre l'enfant à la fesse gauche et a mordu l'automobiliste au niveau des jointures.

Le chien a finalement pu être arrêté par un autre passant, qui a réussi à mettre son pied sur sa laisse. Il a ensuite pu contrôler la bête jusqu'à l'arrivée des policiers.

Au total, six personnes ont été blessées.

En point de presse, mardi, la mairesse Valérie Plante a confirmé que le chien sera euthanasié.

Après avoir pris connaissance d'une précédente version du présent texte et avant de voter contre le nouveau règlement animalier de la Ville, la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black, a elle aussi appuyé l'euthanasie de l'animal.

« Oui, le chien est potentiellement dangereux, et j'annonce cet après-midi qu'on va donner l'autorisation à la direction de l'arrondissement de signer l'ordre d'euthanasie pour le chien. Malgré tout ça, l'enfant va probablement perdre son bras et un autre enfant a 16 points de suture. Alors aujourd'hui, je me sens très, très mal à l'aise de voter pour ce règlement [sur l'encadrement des animaux domestiques], malgré tous les efforts qui ont été faits », a-t-elle souligné.

Grand Montréal

Animaux de compagnie