•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cégep de l'Outaouais ouvre un centre collégial de transfert de technologie

Un homme devant un micro et, derrière lui, les drapeaux canadien et québécois (archives).

Le directeur général du Cégep de l’Outaouais, Frédéric Poulin (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Cégep de l'Outaouais a obtenu un financement du ministère de l'Enseignement supérieur lui permettant de mettre sur pied un centre collégial de transfert de technologie (CCTT) pour développer des projets en recherche et développement.

Le Cégep de l'Outaouais avait tenté à plusieurs reprises d'obtenir ce centre. Cet été, la ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David a finalement octroyé un financement annuel de 150 000 $ pour les trois premières années, qui sera majoré ensuite à 200 000 $.

Le CCTT permettra de faire de la recherche et de l'innovation en cybersécurité.

On pense qu'avec la cybersécurité et notre incubateur, on rentre dans les besoins de l'Outaouais particulièrement de Gatineau, explique le directeur du Cégep de l'Outaouais Frédéric Poulin, en entrevue à Radio-Canada.

Financé par le fédéral et le provincial, un incubateur d'entreprises est aussi présentement en construction derrière le campus Gabrielle-Roy.

Il permet de faire la jonction entre l'expertise des 450 membres, les nouveaux équipements du cégep et la communauté d'affaires.

Au niveau des PME, du milieu des affaires, il y a des besoins à combler.

Frédéric Poulin, directeur du Cégep de l'Outaouais
Des travaux de construction derrière le Cégep de l'Outaouais.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un incubateur d'entreprises est aussi présentement en construction derrière le campus Gabrielle Roy.

Photo : Radio-Canada / Rachel Gaulin

Un nouveau programme en informatique

Le cégep, qui avait jusque-là deux classes pour le DEC en informatique, en aura dorénavant quatre.

Les inscriptions ont quasiment doublé. La sécurité informatique est de plus en plus populaire. La demande est là. Le nom des programmes est plus concret par rapport au contenu. Maintenant "réseau et cybersécurité" et "programmation en sécurité" va vraiment chercher exactement ce que l'on fait, explique Guillaume St-George, coordonnateur du programme.

Les étudiants diplômés de ces programmes sont courtisés par les employeurs de la région qui offrent des stages rémunérés.

Dès le printemps dernier, on a eu des employeurs qui voulaient nous rencontrer pour avoir des étudiants en 6e session, poursuit M. St-George.

Demandes d'inscription stables

Mercredi marquera la rentrée de 1930 nouveaux cégépiens.

La bonne nouvelle, c'est que nos inscriptions sont stables,a noté M. Poulin.On sait que partout dans le réseau, la démographie est à la baisse au niveau du palier collégial. Si la tendance se maintient, ça devrait reprendre à la hausse.

Avec les informations de Rachel Gaulin

Ottawa-Gatineau

Éducation