•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parcomètres pour financer un nouvel amphithéâtre à Saguenay?

La rue Racine au centre-ville de Chicoutimi

La rue Racine au centre-ville de Chicoutimi

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Saguenay songe à réimplanter des stationnements payants pour financer la construction d'un nouvel amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi, alors que l'ancienne administration de Jean Tremblay a toujours voulu éviter le retour des parcomètres.

La construction d’un stade pourrait frôler les 80 millions de dollars. La Ville souhaite obtenir de 50 % à 66 % du financement de la part de Québec et d'Ottawa.

Selon le scénario à l'étude, le reste serait autofinancé par une entreprise qui donnera son nom à la nouvelle bâtisse, mais aussi par des stationnements payants dans un important quadrilatère au centre-ville de Chicoutimi.

Des horodateurs permettraient donc, tant dans les rues que dans un nouveau stationnement à étages, de rembourser l'emprunt de Saguenay. C'est ce qui avait été fait dans les années 1960 pour financer la construction de l'autogare qui a longtemps été payant.

Pas question, donc, d'augmenter les taxes; la ville opterait plutôt pour le principe d'utilisateur-payeur, ce qui entraîne des réactions diverses dans la population.

Des stationnements payants? Mon Dieu, je trouve qu’on paye déjà beaucoup…

Une citation de : Un citoyen de Saguenay

Moi, je suis complètement d’accord avec ça parce que je trouve que c’est une très bonne idée d’avoir un nouvel amphithéâtre, mentionne un autre citoyen de Saguenay.

C’est plate, c’est vraiment plate. On est bien comme ça, pourquoi ne pas laisser ça comme ça?, se demande une dame.

Interrogations chez les commerçants

Les commerçants du secteur ont hâte de connaître les détails du projet.

Le futur amphithéâtre pourrait amener plus de visiteurs au centre-ville, mais la clientèle sera-t-elle rebutée par des stationnements payants?

Les travailleurs du centre-ville veulent également savoir s’ils devront, à l’instar des automobilistes, débourser pour se garer.

D’après les informations de Priscilla Plamondon Lalancette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !