•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sondage expose l'épuisement des travailleurs de la santé

Une professionnelle de la santé est appuyée contre un mur dans un couloir d'hôpital.
La vaste majorité des 12 000 répondants, 80%, estime travailler beaucoup plus qu'il y a trois ans. Photo: iStock
Radio-Canada

Une consultation réalisée début mai par la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) auprès de 12 000 salariés du réseau de la santé révèle qu'une majorité d'entre eux s'estiment surchargés de travail. Les résultats font dire au syndicat que la réforme du réseau a coûté cher à ses travailleurs.

Un texte de Davide Gentile

Ce n'est pas le premier coup de sonde mené par le monde syndical dans le secteur de la santé. Comme les autres, celui de la FSSS laisse transparaître une fatigue et une certaine démotivation chez les travailleurs interrogés.

Quelque 80 % des répondants estiment ainsi travailler beaucoup plus qu'il y a trois ans. Près des deux tiers des personnes sondées, soit 65 %, estiment par ailleurs que la surcharge de travail est l'un des principaux problèmes dans leur milieu de travail.

Une proportion de 62 % des travailleurs inclut aussi le manque de personnel dans la catégorie des problèmes principaux du réseau.

« Les gens se sacrifient pour continuer à offrir la même qualité de services », résume Jeff Begley, président de la FSSS, syndicat qui regroupe des employés issus des quatre catégories de travailleurs du réseau de la santé, dont des infirmières et des préposés aux bénéficiaires.

Il montre du doigt les augmentations de salaire consenties aux médecins, ce qui laisse, selon lui, moins de ressources pour les autres composantes du réseau de la santé. M. Begley affirme que le fait d'éliminer plus de 1200 postes de cadres nuit aussi aux salariés.

« C'est beaucoup plus compliqué juste de trouver le bon dirigeant pour répondre à une question », affirme-t-il. D'ailleurs, plus de la moitié (52 %) des salariés qui ont répondu au questionnaire par Internet disent que les lacunes de gestion font partie de leurs principaux problèmes.

Il faut embaucher davantage, dit le syndicat

Le vieillissement de la population semble aussi compliquer la tâche des employés. La moitié des répondants estiment ainsi que l'augmentation de la charge de travail est due au fait que les patients, en moyenne plus âgés, sont des cas de plus en plus lourds.

« Ça fait que le nombre d'heures de soins a augmenté énormément. Mais le personnel n'a pas été majoré proportionnellement », souligne M. Begley. Exécuter les tâches demandées semble être de plus en plus difficile. Près du tiers (32 %) des répondants disent ne pas y parvenir.

Plus de la moitié des gens interrogés disent travailler durant leurs pauses pour y arriver. « Depuis quatre ans, il y a eu une augmentation de 24 % du nombre de personnes qui ont recours à l'assurance salaire de courte durée », dit Jeff Begley.

Près de la moitié des travailleurs et travailleuses interrogées ont songé à quitter leur emploi depuis 2014.

Le syndicat propose des solutions pour améliorer la situation. « Il faut plus d'embauche et une meilleure gestion », dit M. Begley.

Le gouvernement du Québec a annoncé récemment des projets qui comprennent un nombre important d'embauches. C'est le cas, par exemple, en CHSLD, où des centaines de préposés doivent être embauchés pour offrir un deuxième bain aux résidents qui en veulent un.

Mais, dans ce cas comme dans plusieurs autres, difficile de remplir tous les postes dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre.

La situation est aussi assez difficile en ce qui a trait à l'embauche d’infirmières cliniciennes qui ont une formation universitaire.

Le sondage a été mené par Internet du 1er au 15 mai dernier auprès de plus de 12 000 personnes.

Politique provinciale

Politique