•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépassement de coûts de 12 % pour la voie de contournement de Rouyn-Noranda

Le chantier de la voie de contournement de Rouyn-Noranda.
Les travaux devraient tout de même se terminer cet automne, comme prévu. Photo: Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard
Radio-Canada

La voie de contournement de Rouyn-Noranda coûtera plus cher que prévu : l'enveloppe de 85 millions de dollars planifiée en 2009 a été revue à la hausse par le Conseil du trésor, pour s'établir à 95,2 millions de dollars, une augmentation de coûts de près de 12 %, que le ministère des Transports du Québec (MTQ) attribue à l'inflation ainsi qu'à des défis d'ordre technique rencontrés en cours de construction.

Un texte d'Émilie Parent-Bouchard

Les camions se succèdent bruyamment sur le chantier de la voie de contournement de Rouyn-Noranda. Des pelles mécaniques s'affairent à préparer le terrain pour la construction des deux carrefours giratoires, qui permettront d'accéder au tronçon de route de 8 kilomètres qui permettra de contourner le noyau urbain de Rouyn-Noranda, à partir de la route 117, au sud, et à l'angle de la rue Saguenay et du chemin du Golf, au nord.

Le conseiller en communications de Transports Québec, Luc Adam, explique que l'échéancier qui prévoyait une mise en service à l'automne 2018 devrait être respecté, puisque les travaux d'asphaltage doivent être complétés d'ici le 15 octobre, date limite pour l'asphaltage en Abitibi-Témiscamingue.

Ce qu'il nous reste à faire, c'est de finaliser les carrefours giratoires et d'asphalter complètement la structure, la route au complet, précise-t-il, jugeant que la fenêtre de moins de deux mois qui reste sera suffisante pour permettre la réalisation des travaux. Et aussi de finaliser la voie cyclable, la piste cyclable de 8 km qui va être reliée à la piste cyclable de la Ville de Rouyn-Noranda qui fait le tour du lac Osisko.

Budget revu à la hausse

Sans faire autant de bruit que les camions qui s'affairent sur le chantier, le budget initial de 85 millions de dollars a dû être revu à la hausse au cours de l'été, pour s'établir à 95,2 millions de dollars. Luc Adam attribue cette augmentation des coûts de l'ordre de 12 %, rendue publique sans tambours ni trompettes sur le site web du Secrétariat du Conseil du trésor, à l'inflation depuis la tenue des audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), en 2010.

Les 85 millions, c'est une estimation qui avait été rendue publique lors des audiences publiques du BAPE. Alors c'est sûr que ça a évolué depuis ce temps-là. Maintenant, on arrive avec des chiffres à 91,5 millions de dollars [décaissés à ce jour], précise-t-il. Mais il faut comprendre qu'il y a eu de l'inflation depuis ce temps-là. Alors les chiffres, on essaie de les comparer à des dollars de 2015 et 2018. Mais seulement en mettant 2 % d'inflation par année, on voit très bien qu'on respecte quand même le budget.

Le chantier de la voie de contournement de Rouyn-Noranda.La mise en service de la voie de contournement cet automne ne signe pas la fin des travaux. Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Restera ensuite à faire le marquage de la chaussée et divers aménagements avant que les automobilistes ne puissent circuler sur les 8 kilomètres de la voie de contournement qui leur permettra d'éviter quelque 18 feux de circulation. La mise en service de ce qui est considéré comme le plus gros chantier routier mené par la direction régionale du ministère des Transports devrait pouvoir être faite d'ici la fin octobre.

Un chantier complexe

Le porte-parole du MTQ dans la région indique que d'autres facteurs ont considérablement retardé le projet au fil des ans. Il retient deux défis d'ingénierie considérables, qui ont soit retardé l'échéancier initial, soit eu une incidence sur les coûts des travaux.

Un homme pointe une carte de la voie de contournement de Rouyn-Noranda.Luc Adam, porte-parole du ministère des Transports en Abitibi-Témiscamingue Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

D'abord, les sols contaminés ont causé beaucoup de fil à retordre au MTQ, puisqu'il a fallu disposer de grandes quantités de sols dans un site approuvé par le ministère de l'Environnement. Les négociations entre le MTQ, la Fonderie Horne et le ministère de l'Environnement ont duré plus de deux ans. Luc Adam précise que sans cet accord, qui a permis de transporter ces sols dans des parcs à résidus miniers de la Fonderie, le projet était carrément compromis en raison des coûts liés au transport.

On a dû complètement décontaminer la route sur [une profondeur] d'un pied sur l'ensemble de l'emprise routière, rappelle-t-il, précisant que l'étude environnementale faisait état d'une pollution de nature atmosphérique. Pour accueillir une quantité aussi importante de sols contaminés, on aurait dû les envoyer à Montréal et ça mettait vraiment en péril le projet, parce que ça aurait coûté entre 10 et 15 millions de dollars.

L'autre grand défi concernait la qualité des sols, poursuit Luc Adam.

Le deuxième défi, et c'est ce qui fait un peu monter les coûts du projet, [c'est qu']on a sept ou huit sites qui sont des sols de faible capacité portante et on a été obligé d'utiliser des techniques très spéciales de remblai léger, de drains verticaux, de poids et de contrepoids sur la route pour faire sortir l'eau et utiliser ensuite du styromousse en grande quantité.

La voie de contournement en bref :

  • Un budget de 95,2 M$ (85 M$ initialement);
  • 8 kilomètres de route, soit 11,9 M$ du kilomètre;
  • Permettra aux automobilistes d'éviter 18 feux de circulation dans le noyau urbain de Rouyn-Noranda;
  • Permettra de dévier de 3000 à 4000 véhicules de la circulation urbaine, dont 800 poids lourds;
  • Trois voies de dépassement supplémentaires;
  • Un nouveau tronçon cyclable de 8 km raccordé à la piste cyclable de la Ville de Rouyn-Noranda autour du lac Osisko.

Des travaux à finaliser jusqu'en 2020

La mise en service de la voie de contournement cet automne ne signe pas la fin des travaux. Il restera des aménagements à faire l'été prochain et jusqu'à l'automne 2020. Il faudra notamment raccorder la rue des Lilas, qui débloquait sur le chemin du Golf, exactement là où on construit présentement le carrefour giratoire pour l'accès à la rue Saguenay.

Au cours de l'été prochain, on va donc construire un nouveau bout de rue dans un secteur présentement boisé situé derrière les Meubles Poisson. Concrètement, on va raccorder sur environ 400 mètres la rue des Lilas avec la rue Landry pour permettre aux résidents de ce secteur d'accéder à la rue Saguenay. En attendant, les résidents de la rue des Lilas, à qui on a présenté le projet ce printemps, peuvent accéder à la rue Saguenay via un accès temporaire.

Abitibi–Témiscamingue

Transports