•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet d'épicerie coopérative franchit une nouvelle étape

Des rayons d'épicerie.

Earlton Grocery King, la seule épicerie du village d'Earlton, a fermé ses portes en juin.

Photo : Courtoisie Michel Maurice

Radio-Canada

La municipalité du canton d'Armstrong, dans le Témiscamingue ontarien, est prête à aller de l'avant avec la mise en place d'une coopérative alimentaire dans le village d'Earlton. Les douze personnes qui formeront le comité d'action chargé de piloter le projet ont été choisies.

Un texte de Bienvenu Senga

Le groupe devra notamment mener une étude de faisabilité du projet et déterminer la forme que devrait adopter la nouvelle épicerie d'Earlton.

La localité a perdu son unique épicerie au moins de juin.

Lors d’une rencontre publique tenue pour présenter le modèle coopératif à la population, la municipalité avait émis un sondage afin de s’enquérir de l’intérêt général envers le projet.

En date du 20 août, elle avait reçu 143 formulaires dûment remplis.

Un homme qui porte des lunettesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de la municipalité du canton d'Armstrong, dont fait partie Earlton, Robert Éthier.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Le maire de la municipalité du canton d’Armstrong, Robert Éthier, se dit satisfait du résultat, d’autant plus qu’une trentaine de répondants ont aussi émis le souhait de faire partie du comité d’action.

Si le nombre de personnes ayant rempli le sondage ne représente qu’un peu plus du dixième de la population totale d’Earlton - le village compte environ 1200 habitants -, le maire Éthier ne s’en dit pas inquiet.

Un dixième de la population, c’est très très bien. Ça a l’air très positif parce qu’on n’avait que six qui avaient des réponses défavorables.

Robert Éthier, maire de la municipalité du canton d'Armstrong

L’agent de développement du Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO), Dènik Dorval, corrobore les propos du maire.

C’est un excellent départ pour un projet de coopérative qui a rassemblé plusieurs personnes de la municipalité, note-t-il.

Il fonde son enthousiasme sur le cas de l'Épicerie coopérative de Moonbeam formée en 2012, également avec l'appui technique du CCO.

Dènik Dorval assis derrière un bureauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dènik Dorval à l'oeuvre pour le Conseil de la coopération de l'Ontario

Photo : Courtoisie/Dènik Dorval

La seule différence est qu’à Moonbeam, l’épicerie n’a pas fermé ses portes avant de devenir une coopérative alors qu’à Earlton, l’épicerie a fermé. Mais l’intérêt de la communauté est très similaire.

Dènik Dorval, agent de développement au Conseil de la coopération de l'Ontario

Plusieurs personnes ont d'ailleurs manifesté la volonté d’investir dans une éventuelle coopérative alimentaire depuis la rencontre de juin, selon le maire Éthier.

Les prochaines étapes

L’ancien propriétaire d'Ealrton Grocery King, Michel Maurice, a expliqué la fermeture de son commerce notamment à la faiblesse des ventes.

M. Dorval estime toutefois que l’instauration adéquate d’un modèle de gestion coopératif pourrait produire l’effet contraire.

Dans une coopérative, le profit est redistribué à la communauté et va être réinvesti afin d’assurer son succès et son bon développement. Parce que la communauté est propriétaire de l’épicerie, les gens sont encouragés à acheter localement.

Dènik Dorval, agent de développement au Conseil de la coopération de l'Ontario

Mais il faut aussi pour cela, innover et sortir de ce qu'est une épicerie traditionnelle, poursuit-il.

C'est là que le comité va avoir de grandes décisions à prendre, conclut M. Dorval.

La composition du comité devrait être dévoilée vers le début du mois de septembre, selon le maire Éthier.

Nord de l'Ontario

Alimentation