•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lentement mais sûrement : la fermeture du centre Valley View prévue fin 2019

Mary Scott et son aide-soignate Chantelle Gibson assises l'une à côté de l'autre.
Mary Scott et son aide-soignante, Chantelle Gibson, rient ensemble. Photo: Radio-Canada / Matt Howard

Le centre pour personnes souffrant d'un handicap physique ou intellectuel Valley View, de Moose Jaw, en Saskatchewan, fermera ses portes en 2019. Il était prévu qu'il cesse ses activités en 2016, mais le déménagement des résidents n'est pas encore terminé. La transition vers de nouvelles maisons est un processus délicat pour ces patients, mais qui s'est montré bénéfique pour beaucoup d'entre eux.

Mary Scott avait 10 ans quand elle est entrée au centre Valley View. Elle souffre de paralysie cérébrale, ce qui la rend incapable de marcher et de bouger les bras.

Elle éprouve également de la difficulté à parler, mais cela ne l'empêche pas de peindre avec un pinceau dans la bouche ou accroché à son front. C’est d’ailleurs sa passion.

Peinture représentant des pots de fleurs peints par Mary Scott.Mary Scott raconte que son activité préférée est la peinture. Photo : Radio-Canada / Kendall Latimer

En septembre 2015, soit 55 ans après son arrivée au centre, Mary Scott est revenue à Regina pour être placée dans une résidence adaptée disposant de personnel de soutien. Dans ce logement, qu’elle partage avec trois autres patients, elle est plus autonome que jamais.

Pour Mary Scott, le déménagement a été bénéfique. Dans sa nouvelle résidence, elle possède désormais sa propre chambre.

Mary Scott assise à sa chaise, portant un manche de pinceau sur son front.Mary Scott souffre de paralysie cérébrale, ce qui la rend incapable de marcher et de bouger les bras. Elle peut tout de même peindre grâce à un pinceau accroché à son front. Photo : Radio-Canada / Matt Howard

« Mary a fait une très bonne transition, mais elle était prête à déménager », explique la préposée au soutien Chantelle Gibson. « La chose la plus importante, c’est le choix. »

Chantelle Gibson raconte que Mary Scott peut maintenant décider ce qu’elle veut écouter et manger, et quand elle veut sortir de chez elle.

Pour Serena Bernges, une autre ancienne résidente, la transition a davantage été un choc. Le plus difficile a été de dire au revoir à ses amis. Elle en revoit certains de temps en temps, elle a même fait une escapade routière à Edmonton avec eux récemment.

Avec le temps, Serena Bernges a appris à apprécier sa nouvelle vie. Elle loge dans un sous-sol aménagé, où elle reçoit la visite du personnel de soutien par roulement.

Brittany Berchard et Serena Bernges chez Serena.Brittany Berchard et Serena Bernges ont un lien spécial depuis que Brittany a aidé à la transition de Serena dans sa nouvelle maison. Photo : Radio-Canada

« Je pense que c’est une belle maison et que je suis chanceuse d’être ici », dit-elle.

Elle est épaulée par Brittany Berchard, qui a dirigé sa transition. Elle est maintenant coordonnatrice du logement à Creative Option Regina.

Elle et Serena Bernges sont très proches. « Nous avons un lien particulier », raconte Brittany Berchard.

Jusqu’à présent, tous les résidents qui ont quitté le centre Valley View vivent leur première expérience dans une maison.

L’établissement reste ouvert

Le centre Valley View a été construit en 1955 pour accueillir 1500 résidents.

En 2002, le centre a cessé de prendre en charge de nouveaux patients. Le gouvernement de la Saskatchewan a officiellement annoncé sa fermeture imminente en 2012.

Cette annonce a été critiquée par plusieurs, inquiets de la relation de longue date qu’avaient nouée les résidents avec le personnel. La date de clôture était prévue pour 2016, mais elle a été repoussée à deux reprises, à 2018, puis à 2019.

« Je ne pense pas que nous ayons besoin de nous excuser pour le temps que cela prend. Je pense que nous avons bien fait les choses », dit Bob Martinook, directeur général des services de vie communautaire au ministère des Services sociaux.

Photo du centre entouré d'un parc et de plusieurs arbres. Le centre Valley View a été construit en 1955. Photo : Radio-Canada

À ce jour, 103 des 207 personnes qui devaient déménager l'ont fait, tandis que 52 séjournent encore dans l'établissement. Les autres résidents sont depuis morts de vieillesse ou de complications de santé.

Près de 300 membres du personnel travaillent toujours au centre. Le coût moyen par résident et par an au centre était de 143 000 $ en 2014-2015.

Le coût moyen estimé pour les personnes en transition vers les foyers communautaires et le programme de jour est de 157 000 $ par an.

La province affirme que le coût de la transition n’est pas encore calculé, puisque la transition est encore en cours.

Les quatre ou cinq dernières personnes devraient quitter le centre d’ici décembre 2019.

Des transitions personnalisées

Bob Martinook explique que les résidents du centre Valley View et leurs familles ont participé au plan de transfert vers des résidences qu'ils ont choisies.

« Les résidents ont eu l’occasion d’aller dans leur maison et de choisir la couleur de leur chambre et leurs meubles », dit-il. « De choisir la décoration de la maison et de faire partie du processus, ça les aide à déménager. »

Le directeur de l'inclusion à la Saskatchewan Association for Community Living, Nich Fraser, insiste sur le fait que le processus de transition était « centré sur la personne ». Il a toutefois été plus lent que prévu.

« Comme nous avons tous les détails en place, nous n'avons pas eu de crise » explique-t-il. « Lorsqu'on prend le temps au début de la transition, on en est récompensé. »

Saskatchewan

Établissement de santé