•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement, transport, développement : les demandes de Montréal aux partis politiques

Une femme tenant un livret sur lequel on peut lire « Pour un Montréal et un Québec plus durables » parle derrière un lutrin. Cette femme se trouve devant des drapeaux.
La mairesse de Montréal, Valérie Plante, présente les priorités et les attentes de la métropole québécoise envers les partis politiques provinciaux. Photo: Radio-Canada

À quelques jours du début de la campagne électorale au Québec, la Ville de Montréal fait connaître ses priorités et ses attentes envers les partis politiques provinciaux, qui portent notamment sur la mobilité, le financement des villes et le développement durable.

La métropole québécoise souhaite notamment que les partis s'engagent à investir dans le transport en commun. Montréal voudrait entre autres que Québec finance le projet de ligne rose du métro, cher à la mairesse Valérie Plante.

En février, le gouvernement Couillard avait d'ailleurs indiqué que la construction d'une nouvelle ligne de métro était l'une de ses priorités. Ce n'est toutefois pas le cas du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui a quant à elle annoncé qu'elle ne financerait pas le projet.

Les priorités de Montréal :

  • Se donner collectivement les moyens d'accroître la mobilité durable;
  • Modifier le financement des villes;
  • Faciliter l'intégration économique et sociale des nouveaux arrivants;
  • Développer l'est de Montréal;
  • Développer un modèle innovant d'écoles dans les quartiers montréalais;
  • Renforcer la lutte contre l'itinérance;
  • Mieux appuyer les municipalités dans la gestion des matières recyclables;
  • Favoriser le développement d'espaces verts;
  • Financer le projet autochtone DestiNATIONS, qui vise la création d'un complexe architectural destiné à promouvoir la culture autochtone.

La Ville de Montréal souhaite également que le financement des municipalités soit amélioré. « Le modèle actuel n’est plus viable. C’est très difficile pour les municipalités de remplir leurs obligations envers les citoyens en termes de services et d’infrastructures en comptant seulement sur la taxe foncière », a expliqué la mairesse de la ville, Valérie Plante, lors d'un point de presse.

Montréal demande à ce que les sources de revenus soient diversifiées « afin de diminuer le poids relatif de l’impôt foncier », qu'un point de TVQ soit transféré aux municipalités et que toutes les taxes « pour les immeubles publics des réseaux de l’éducation et de la santé » lui soient versées.

« Nous savons que les différents partis politiques étaient très en faveur du point de TVQ », a d'ailleurs affirmé Mme Plante.

Le développement de l’est de Montréal, qui est d'ailleurs l'une des promesses du Parti québécois (PQ), fait également partie des priorités de l’administration Plante, tout comme la rénovation des écoles montréalaises et la lutte contre l’itinérance.

Grand Montréal

Politique municipale