•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ lance la laïcité dans la campagne électorale

Le chef de la CAQ François Legaul
François Legault entend faire de la laïcité de l'État une de ses priorités. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

La Coalition avenir Québec (CAQ) relance le débat sur la laïcité de l'État à quelques heures du déclenchement des élections provinciales. Accusant les libéraux de « pelleter le dossier par en avant », la CAQ promet de déposer une loi proclamant la laïcité de l'État la première année d'un éventuel mandat.

« Les libéraux, depuis 10 ans, depuis le rapport Bouchard-Taylor, ont refusé d’aborder cette question-là et d’enfin mettre des balises qui sont très claires », a déploré le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, en entrevue à Gravel le matin. « Nous, à la CAQ, c’est ce qu’on s’engage à faire. »

Il accuse les libéraux de vouloir noyer le poisson avec leur loi favorisant le respect de la neutralité religieuse de l’État depuis son adoption en octobre 2017.

Cette loi permet le port de signes religieux par les employés de l’État en position d’autorité. Elle ordonne toutefois que les services de l’État doivent être dispensés et reçus à visage découvert.

C'est une coquille vide qui ne règle absolument pas la question des signes religieux au niveau de l’administration publique, au niveau des personnes en autorité.

Simon Jolin-Barrette

La CAQ estime que les Québécois souhaitent régler cette question qui revient périodiquement dans l’actualité et elle tient à rappeler sa position à l’aube du déclenchement des élections.

Laïcité et signes religieux

Un gouvernement de la CAQ abrogerait cette loi pour déposer un projet de loi interdisant le port de signes religieux aux personnes en position d’autorité – juges, policiers, gardiens de prison et procureurs – et aux enseignants.

« On se retrouve avec le consensus de Bouchard-Taylor plus les enseignants, puisque ceux-ci se retrouvent en position [d’autorité] avec les enfants, plaide-t-il. Et, l’éducation, dans le fond, c’est le prolongement de la notion de l’État au niveau de la laïcité. »

C’est important pour nous de faire en sorte que le système d’éducation soit laïque également.

Simon Jolin-Barrette

Le port de symboles religieux « asservissant la femme » serait également interdit à l’ensemble des employés de la fonction et les services devraient s’y effectuer à visage découvert.

Un gouvernement caquiste enchâsserait également la laïcité de l’État dans la Charte québécoise des droits et libertés.

Le rapport Bouchard-Taylor

Le rapport Bouchard-Taylor a été publié en 2008 par le philosophe Charles Taylor et le sociologue Gérard Bouchard, qui se sont penchés sur la question des accommodements consentis aux minorités culturelles et religieuses.

Le rapport proposait d'interdire le port de signes religieux aux magistrats, aux procureurs de la Couronne, aux policiers, aux gardiens de prison, ainsi qu'aux présidents et vice-présidents de l'Assemblée nationale. Charles Taylor a toutefois indiqué, en février 2017, qu'il n'appuyait plus cette recommandation.

Laïcité contre neutralité

Avec leur loi, les libéraux ont choisi la neutralité de l’État plutôt que la laïcité de l’État, selon le député de Borduas. « La neutralité de l’État […] c’est l’État qui ne prend pas parti en faveur d’une religion ou d’une autre, tandis que la laïcité de l’État, c’est dire que l’État est laïque et on sépare le religieux du politique », précise-t-il.

En s’appuyant sur le consensus dégagé autour du rapport Bouchard-Taylor en 2007 et l’histoire récente du Québec, la CAQ fait le pari que les Québécois sont en faveur de la laïcité de l’État.

Avec la Révolution tranquille, les Québécois ont décidé de faire une véritable séparation entre le religieux et l’État.

Simon Jolin-Barrette

« Là, on se retrouve 50 ans plus tard où le débat est ramené pour toutes sortes de considérations et je pense que c’est important de légiférer une bonne fois pour toutes pour régler la situation et qu’on puisse enfin passer à autre chose », poursuit-il.

Loin de diviser la population, une loi sur la laïcité de l’État québécois aurait pour effet d’assainir le climat social. « Je pense que de clarifier la situation et d’avoir un cadre législatif clair, ça va permettre de simplifier où loge la société québécoise », conclut-il.

Politique provinciale

Politique