•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard tend la main à la candidate vedette échappée par Legault

Gertrude Bourdon, présidente-directrice générale du CHU de Québec

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Radio-Canada

Philippe Couillard a profité, dimanche, du revers subi samedi par son adversaire François Legault, qui a vu la candidature de Gertrude Bourdon lui échapper, pour faire de l'œil à celle qui dirige actuellement le Centre hospitalier universitaire de Québec. Elle aspirait, samedi encore, à devenir ministre de la Santé.

Un texte de Julien McEvoy

« Pas aujourd’hui, non. » De passage au micro de Christiane Charette, sur les ondes d’ICI Première, c’est de cette façon que le premier ministre a répondu quand l’animatrice lui a demandé s’il avait une annonce à faire concernant Mme Bourdon.

« Je ne sais pas ce qu’elle va décider, mais on est ouverts, on est toujours intéressés », a-t-il ajouté, avant de confirmer que le Parti libéral du Québec (PLQ) tente d’attirer la possible candidate depuis déjà un bon moment. Son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a déjà tenté de la recruter, a par ailleurs confirmé le premier ministre, dimanche.

Philippe Couillard était de passage au micro de Christianne Charette, dimanche.

Philippe Couillard était de passage au micro de Christiane Charette, dimanche.

Photo : Radio-Canada

Pourquoi l’infirmière de formation et gestionnaire d’expérience a-t-elle fait faux bond à la Coalition avenir Québec (CAQ)? Peu de détails ont filtré dimanche. Le chef François Legault n'a pas voulu détailler la teneur des pourparlers tenus samedi à son domicile d’Outremont avec Gertrude Bourdon.

« On a eu des discussions privées. Malheureusement, Mme Bourdon n’était pas satisfaite de mes réponses. Elle a préféré ne pas se présenter », a commenté le chef de la CAQ depuis l'Outaouais, où il présentait aux médias deux candidats de son équipe dans la région.

Et quels étaient les points d'achoppement entre les deux parties? « Faudrait lui poser la question à elle, parce que ses raisons n’étaient pas claires », a poursuivi M. Legault.

Selon les informations de Radio-Canada, Mme Bourdon exigeait notamment une hausse annuelle de 8 % du budget du ministère de la Santé pour se porter candidate. Le chef de la CAQ devait également lui promettre le poste de ministre de la Santé, mais surtout, elle voulait que François Legault s'engage à ne pas rouvrir l'entente avec les médecins spécialistes.

Le chef de la CAQ est resté – et reste publiquement – ferme sur cette promesse électorale : il y a un milliard de dollars par an à récupérer en rouvrant l'entente, ce que n'hésiterait pas à faire un éventuel gouvernement caquiste.

« Quand on regarde le salaire des médecins spécialistes au Québec, ils gagnent plus qu'en Ontario. Pourtant, les infirmières gagnent moins, les médecins de famille gagnent moins. C'est une injustice, ce n'est pas équitable. Donc oui, on va rouvrir l'entente avec les spécialistes », a réitéré M. Legault, dimanche.

Tous les partis d'opposition proposent de déchirer l'épineuse entente.

Si elle souhaite faire le saut en politique et demeurer cohérente avec ses demandes, ne reste plus que l'option du PLQ pour Mme Bourdon.

« Quand il y a des conversations privées, je n'en parle pas publiquement », avait affirmé plus tôt dimanche M. Couillard, reconnaissant implicitement que son parti et la gestionnaire du réseau de la santé sont en discussion.

Avec les informations de Sarah Sanchez

Politique provinciale

Politique