•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef de la CAQ a fait une sortie remarquée au Témiscamingue

Le chef de la Coalition avenir Québec discutent avec des citoyens à la Foire gourmande du Témiscamingue et du Nord-Est ontarien.
François Legault, chef de la CAQ, s'offre un bain de foule à la Foire gourmande du Témiscamingue. Photo: Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

En compagnie de ses candidats régionaux, le chef de la Coalition avenir Québec a fait une apparition remarquée sur le site de la Foire gourmande du Témiscamingue et de l'Est ontarien dimanche.

avec les informations de Marie-Hélène Paquin

François Legault a parlé d'économie, de pénurie de main-d'oeuvre, mais aussi de santé. Il en a profité pour affirmer que les Centres intégrés de santé et services sociaux centralisent beaucoup trop les décisions et qu'il importe de redonner de l'autonomie aux hôpitaux.

Ça prend une nouvelle entente avec les médecins de famille. Il faut - je parlais tantôt avec une dame qui me parlait du CISSS qui est trop centralisé - on le voit ici au Témiscamingue. Les projets retardent parce que c'est trop centralisé au CISSS ou encore pire, trop centralisé à Québec. Je pense que ce qu'on a vu depuis 4 ans avec Gaétan Barrette, c'est que toutes les décisions sont prises dans son bureau ou dans les bureaux des CISSS. Laissons les hôpitaux avoir plus d'autonomie, c'est comme ça qu'on va les motiver.

Le public s'approchait naturellement du chef caquiste pour lui serrer la main, prendre des photos ou l'interpeler sur divers enjeux, dont l'agrandissement de l'hôpital de Ville-Marie.

C'est à Québec que ça n’avance pas, a répondu M. Legault.

Le chef caquiste a rappelé qu'il s'agissait de sa quatrième visite en Abitibi-Témiscamingue en peu de semaines.

Je suis avec les trois candidats de la CAQ. J'étais venu à Rouyn pour annoncer Jérémy Bélanger, je suis venu à Amos pour annoncer Suzanne Blais, je suis venu annoncer Pierre [Dufour] dans Abitibi-Est et là je reviens pour une quatrième fois, parce qu'on me dit souvent, et on le dit à tous les politiciens, "vous oubliez le Témiscamingue"

L'ancien homme d'affaires a réitéré que sa priorité demeurait l'économie et la création d'emplois à plus de 20 $ de l'heure.
Entouré de producteurs et de transformateurs, il a également abordé la question de l'agriculture.

En agriculture, il y a un projet que j'aime beaucoup ici, c'est de produire du boeuf. Actuellement, le Québec importe son boeuf de l'Ouest canadien. Il n'y a pas de raison qu'on ne produise pas notre boeuf. Ici, les terres sont plus abordables. Évidemment, une des questions importantes, et le gouvernement doit y participer : ça va prendre un abattoir.

D'autres politiciens ont visité la foire gourmande dont le ministre libéral Luc Blanchette et le co-porte-parole de Québec Solidaire, le candidat péquiste dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue Gilles Chapadeau, ainsi que Gabriel Nadeau-Dubois accompagné de sa candidate Émilise Lessard-Therrien.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale