•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 600 personnes demandent une loi pour encadrer le développement du parc de la Gatineau

Des randonneurs dans le parc de la Gatineau, à l'automne. Sur une affiche, on peut lire : « Restez sur le sentier! » (Archives)
Le parc de la Gatineau offre quelque 200 km de sentiers de randonnée, de vélo de montagne, de raquette et de ski de fond (archives). Photo: Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

Une pétition demandant une loi pour encadrer le développement du parc de la Gatineau et garantir son intégrité écologique a recueilli près de 600 signatures jusqu'à maintenant sur le site Internet de la Chambre des communes.

Un texte d'Agnès Chapsal

Ce n'est pas la première pétition que nous avons sur le parc de la Gatineau, mais c'est la première sur le site de la Chambre des communes, explique le directeur général de la section Vallée de l'Outaouais de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), John McDonnell, qui en est l'instigateur.

La pétition, parrainée par le député néo-démocrate Wayne Stetski, demande à la Chambre des communes de modifier la Loi sur la capitale nationale afin de conférer au parc de la Gatineau la protection juridique nécessaire pour garantir sa préservation pour les générations à venir.

Les signataires souhaitent ainsi protéger son intégrité écologique et apporter un certain éclaircissement quant aux rôles et des responsabilités de la Commission de la capitale nationale (CCN).

Alors que les parcs nationaux fédéraux sont administrés par Parcs Canada, c'est la CCN qui gère le parc de la Gatineau.

Au cours des dernières années, certains groupes, dont le Comité pour la protection du parc de la Gatineau, ont notamment dénoncé le développement immobilier dans le parc.

La pétition affirme que l'on y retrouve 90 espèces végétales en péril et 50 espèces animales en péril. Elle ajoute que les frontières du parc ne sont pas suffisamment protégées.

Contrairement aux parcs nationaux et à de nombreux parcs provinciaux, celui de la Gatineau n’est pas protégé par une loi exigeant qu’il soit géré de manière à garantir son intégrité écologique, précise la pétition.

Avec les changements climatiques et les espèces envahissantes, c'est le moment de travailler ensemble pour mieux protéger ce parc si l'on veut que les générations futures puissent en bénéficier.

John McDonnell, directeur général de la section Vallée de l'Outaouais de la SNAP

M. McDonnell s'inquiète aussi de l'augmentation du nombre de personnes qui se rendent dans le parc de la Gatineau. Environ 2,7 millions de visites y sont effectuées chaque année, selon la CCN.

La pétition présentée à l'automne

Lancée le 9 juillet dernier, la pétition (Nouvelle fenêtre) pourra être signée jusqu'au 6 novembre. Elle devrait obtenir la certification d'un greffier début novembre, avant d'être présentée aux Communes.

Le cheminement d'une pétition électronique

  • Une pétition électronique déposée sur le site de la Chambre des communes doit recueillir au départ l'appui de 5 citoyens canadiens; elle doit être parrainée par un député.
  • Elle est ensuite examinée par un greffier avant d'être mise en ligne sur le site Internet des Communes pendant 120 jours.
  • Par la suite, le greffier doit certifier la pétition si elle a recueilli au moins 500 signatures.
  • Enfin, le document est présenté aux Communes avant que le gouvernement dépose sa réponse finale.

Source : Chambre des communes

Pour sa part, la CCN a organisé plusieurs ateliers ces derniers mois pour connaître l'avis du public sur l'avenir du parc de la Gatineau.

Le nouveau Plan directeur du parc de la Gatineau devrait être complété au printemps 2019. Il s'agira d'une version révisée du plan de 2005.

Ottawa-Gatineau

Protection des écosystèmes