•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La coupe du monde de paracyclisme trouble certains commerçants et résidents

Un cycliste devant des commerces

Le parcours de la coupe du monde de paracyclisme se situe en plein cœur du secteur Mingan.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

À Baie-Comeau, la coupe du monde de paracyclisme ne fait pas que la joie des spectateurs. Le parcours de neuf kilomètres et demi perturbe aussi la vie de résidents et de commerçants.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Situé en plein cœur du secteur Mingan, le parcours complique l'accès à l'hôpital et à une résidence pour personnes âgées.

Des commerçants sont aussi touchés par ces entraves routières. Par exemple, les propriétaires du marché Joliet disent avoir connu une baisse de 25 % de son achalandage mercredi.

La propriétaire du restaurant de La Crêperie de la Reine constate aussi une diminution de sa clientèle, même si elle se dit entièrement d'accord avec le fait de faire des courses ou des activités à Baie-Comeau.

Pascale Desbiens, propriétaire de la crêperie de la Reine

Pascale Desbiens, propriétaire de la crêperie de la Reine

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

Ils m'ont dit que c'était à sens unique, qu'il y avait beaucoup de coureurs, beaucoup de participants, que j'allais avoir un bon achalandage, mais hier, je n'ai pas vu d'achalandage en tant que tel.

Pascale Desbiens, propriétaire de la Crêperie de la Reine

Des citoyens n'ont également plus accès à leur demeure aussi facilement qu'habituellement. Par exemple, à 72 ans, Bernard Desbiens doit marcher les bras chargés de ses emplettes jusqu'à sa maison parce que jusqu'à 17 h, les entraves sur le boulevard Joliett l'empêchent de s'y rendre avec son véhicule.

Sa fille, Nadia Desbiens se réjouit de voir une compétition de cette ampleur dans la Manicouagan, mais se désole des problèmes que cela occasionne.

Nadia Desbiens, citoyenne de Baie-Comeau

Nadia Desbiens, citoyenne de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

Ce qui m'a touché, c'est mon père. Mon père est revenu des commissions pour retourner à la maison les mains pleines. Il était obligé de partir à mille pieds pour retrouver sa demeure.

Nadia Desbiens, citoyenne de Baie-Comeau

Selon Pascale Desbiens, Gestion Spact, l'entreprise qui organise la compétition, pourrait faire les choses différemment. « Plus d'affichage et des détours mieux indiqués » auraient fait une différente à son avis.

Gestion Spact a refusé d'accorder une entrevue à la caméra. Dans un courriel, l'entreprise note qu'elle a rencontré les commerçants touchés et publié, sur son site internet, la liste des entraves routières. Gestion Spact prévoit rencontrer les commerçants pour recueillir leurs suggestions pour la prochaine coupe du monde de paracyclisme l'an prochain.

La façade du marché Joliet

Les propriétaires du marché Joliet disent avoir connu une baisse d'achalandage de 25%.

Photo : Radio-Canada / Olivier Roy Martin

D'autres commerçants qui sont situés sur le parcours parviennent toutefois à tirer leur épingle du jeu. C'est le cas de la boutique « Mon Vélo », dont le propriétaire dit compenser la baisse d'achalandage de clients réguliers par les ventes de pièces de vélos aux paracyclistes.

Avec les informations d'Olivier Roy Martin

Côte-Nord

Cyclisme