•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Serge Cormier porte plainte après une altercation avec des manifestants

Serge Cormier assis à son bureau de député
Serge Cormier, député d'Acadie-Bathurst Photo: Radio-Canada / François Vigneault
Radio-Canada

Le député fédéral d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, a déposé une plainte à la GRC après avoir été pris à partie lors d'une manifestation à Tracadie, lundi dernier.

Un texte de Nicolas Pelletier

Une altercation survenue juste avant une annonce prévue à l'Académie Sainte-Famille a dégénéré lorsque des manifestants s'en sont pris physiquement à lui en l'agrippant par le veston et par le bras, a déclaré le député fédéral lors d'une conférence de presse, vendredi.

Lundi dernier, mes employés et moi-même avons été confrontés verbalement et physiquement par un groupe de manifestants contrariés par les défis de l’admissibilité à l’assurance-emploi. Du harcèlement, des menaces de violence physique, des dommages à des véhicules et le vol d’objets personnels ont eu lieu, a-t-il précisé.

Selon le député, l’annonce prévue lundi à l’accueil Sainte-Famille a été perturbée, mais a tout de même eu lieu.

Serge Cormier allègue que lui et au moins une membre de son personnel politique ont été victimes d'intimidation lorsque plusieurs individus ont encerclé le véhicule dans lequel ils se trouvaient alors qu'ils tentaient de quitter les lieux.

Au moment où quelqu'un a ouvert la porte de son camion pour l'agresser physiquement de nouveau, il a composé le 9-1-1.

Après ça, disons que mes employés étaient un peu sous le choc. Moi aussi. Je ne pensais jamais que ça irait jusque-là.

Serge Cormier, député fédéral d'Acadie-Bathurst

Le député a affirmé connaître personnellement certaines des personnes impliquées.

Une enquête est en cours

La GRC du Nouveau-Brunswick confirme avoir reçu un appel de détresse peu avant 10 h 45 le lundi 13 août.

Serge Cormier affirme aussi s'être fait voler un bâton et des souliers de golf au cours des événements.

On m'a dit que le coffre de mon camion s’était fait ouvrir et on m’a raconté que des gens avaient pris mon sac de golf pour le placer sous les roues de mon véhicule, s’est-il souvenu.

Une plainte a été déposée officiellement le 14 août, mais aucune accusation n’a été portée jusqu’à présent, selon la police, qui confirme que l’enquête se poursuit.

Serge Cormier a assuré qu’il continuera de voyager dans sa communauté pour rencontrer des électeurs et qu’il compte toujours participer à des manifestations pacifiques, mais seulement une fois que l’enquête de la GRC sera terminée.

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers