•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faute de bénévoles, un organisme communautaire fait relâche durant l'été

Un bénévole de la Tablée des nôtres sert un bol de soupe à un bénéficiaire.
Un bénévole de la Tablée des nôtres sert un bénéficiaire. Photo: Radio-Canada

Les entreprises ne sont pas les seules à pâtir de la pénurie de main-d'oeuvre. Puisqu'il n'arrive pas à trouver suffisamment de bénévoles pendant l'été, l'organisme communautaire la Tablée des nôtres à Shawinigan doit fermer ses portes durant de nombreuses semaines.

Chaque jour, dans le sous-sol de l’église Saint-Paul du secteur Grand-Mère, la Tablée des nôtres offre un repas nourrissant aux gens dans le besoin. Cependant, de la mi-juin à la mi-août, l’organisme a l’habitude de fermer ses portes puisque de nombreux bénévoles prennent des vacances.

Lors du passage de Radio-Canada jeudi, neuf bénévoles travaillaient à préparer les plats, servir les repas et laver la vaisselle. Selon le cuisinier bénévole Christian Gariépy, l’idéal est de pouvoir compter sur au moins une quinzaine de personnes.

Des bénévoles recouvrent des plateaux de nourriture d'une pellicule de plastique.Plusieurs bénévoles s'activent dans le sous-sol de l'église Saint-Paul. Photo : Radio-Canada

Raison de plus pour suspendre les activités durant la période estivale : les bénéficiaires se font eux aussi moins nombreux l’été venu.

La clientèle baisse beaucoup. On est obligé de fermer, explique Christian Gariépy. Sinon, je serais obligé de jeter le stock que je ferais. C'est du gaspillage. On est ici pour, justement, ne pas gaspiller.

Reste que pour plusieurs personnes démunies, la faim ne fait pas relâche durant la période estivale. Les organismes de la région tentent de prévoir le coup.

Le personnel réduit dans les organismes communautaires fait en sorte que, l'été, on peut moins offrir de services, mais on essaie de prévoir, assure la directrice générale du Centre d’action bénévole de Grand-Mère, Sylvie Gervais. Les partenaires, on se rencontre, pour, justement, essayer de combler la petite zone où il y a moins de services aux gens.

Les préoccupations sont d’ailleurs nombreuses pour plusieurs organismes communautaires puisqu’avec des bénévoles vieillissants, le recrutement de la relève est aussi un défi.

Mauricie et Centre du Québec

Engagement communautaire