•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MRC d'Abitibi-Ouest pourra gérer une partie de la forêt publique

Jaclin Bégin, préfet de la MRC d'Abitibi-Ouest

Jaclin Bégin, préfet de la MRC d'Abitibi-Ouest

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec a annoncé, jeudi matin, que la municipalité régionale de comté d'Abitibi-Ouest (MRCAO) pourra gérer la planification d'une partie de son territoire forestier, une première au Québec.

Un texte de Piel Côté

En collaboration avec la Fédération québécoise des municipalités et la MRC d'Abitibi-Ouest, ce projet pilote de forêt de proximité permettra aux élus d'Abitibi-Ouest de faire leur planification forestière eux-mêmes.

« On prend des terres publiques qu'on va déléguer à la MRC d'Abitibi-Ouest et c'est elle qui devra faire la planification de la récolte et des chemins forestiers », explique le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette.

Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, a fait l'annonce de ce partenariat avec la MRC d'Abitibi-Ouest.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, a fait l'annonce de ce partenariat à la MRC d'Abitibi-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Qu'il s'agisse d'élus ou de membres de l'industrie, tout le monde s'accorde pour dire que la gestion de la planification forestière sera facilitée si elle est faite par la MRC directement, ajoute M. Blanchette.

« Parce que les responsables de la MRC ont un meilleur contrôle sur l'embauche des contractants, on peut dire qu'ils auront une préférence pour les contractants locaux et essentiellement, qu'ils feront une meilleure planification de notre territoire », fait-il valoir.

Une décision qui fait l'unanimité

Même s'il est accompagné de nouvelles responsabilités, le programme des forêts de proximité a ravi tous les intervenants réunis jeudi après-midi à La Sarre. Surtout que c'était attendu depuis de nombreuses années.

Le président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec, Denis Lebel, qui a également été ministre conservateur sous Stephen Harper, a rappelé qu'en 2000, alors qu'il était maire de Roberval, l'idée des forêts de proximité était apparue à sa toute première rencontre avec la MRC de l'époque.

Réduire le volume de coupe de la MRCAO

La MRC d'Abitibi-Ouest dispose d'un permis de coupe pour plus de 40 000 mètres cubes. Québec oblige actuellement la MRC à distribuer ce bois, mais le préfet, Jaclin Bégin, y voit une occasion de réduire le volume de coupe.

« Nous, ce qu'on calcule, c'est que 41 200 mètres cubes, c'est trop en capacité forestière pour notre territoire. On pense que si le forestier en chef se penchait sur la question, ça diminuerait », lance Jaclin Bégin.

On ne veut pas en faire un bûcher de proximité non plus. Donc, nous, on baisserait un peu le volume de coupe, ça c'est certain, mais avec une planification et du personnel qui serait capable de nous appuyer là-dedans.

Une citation de : Jaclin Bégin, préfet de la MRCAO

De façon générale, l'industrie est favorable à la création de forêts de proximité. Denis Lebel encourage une récolte durable et croit que la forêt de proximité de l'Abitibi-Ouest est un pas dans cette direction.

Denis Lebel, PDG du Conseil de l'industrie forestière du QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Denis Lebel, PDG du Conseil de l'industrie forestière du Québec

Photo : Radio-Canada / pie

« Un arbre mature va émettre du CO2, un arbre qui pousse, lui, va au contraire en capter. Il faut récolter ce bois, mais il faut que ça se fasse dans le respect de plusieurs règles établies », met-il de l'avant.

Le projet pilote durera 24 mois, et le gouvernement aimerait que ce programme puisse s'étendre ailleurs au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !