•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens veulent sauver des arbres menacés par un projet immobilier

Suzanne Charrette est dans sa cour arrière en compagnie de la journaliste Marie-Pier Bouchard.
Suzanne Charrette étudie une photo aérienne du golf des Vieilles Forges. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'inquiétude de citoyens de Trois-Rivières face au projet de développement domiciliaire sur l'actuel terrain de golf les Vieilles Forges ne s'estompe pas. Ils reviennent à la charge avec une pétition de 250 signatures qu'ils déposeront à la prochaine séance du conseil municipal dans l'espoir, notamment, de sauver des arbres qui s'y trouvent.

Le plan du promoteur Antonino Putorti et de ses associés prévoit l'abattage de plus de 90 % des arbres matures du terrain de golf pour permettre la construction de logements, ce qui ne passe pas aux yeux des citoyens qui habitent dans les rues avoisinantes.

Ceux-ci disent avoir l'impression de se retrouver devant le fait accompli sans avoir été consultés. Ils se disent favorables au projet, mais pas à n’importe quel prix.

C’est un milieu rural, c’est un milieu où il y a de l’agriculture, se désole Suzanne Charrette, une résidente du secteur. On va aller créer en plein milieu de ça un îlot de chaleur? C’est impensable.

Par ailleurs, les citoyens du secteur sont préoccupés par le fait que le projet a changé du tout au tout depuis le début. Il y a 10 ans, un premier projet de développement prévoyait la construction de quelque 80 résidences. Le plan du promoteur actuel prévoit plutôt la construction de 445 unités. Suzanne Charette, qui se fait porte-parole des citoyens du secteur, s'inquiète.

Pourquoi ne pas avoir une vision plus petite, garder des arbres et aller chercher des gens qui sont intéressés à vivre dans un milieu vert?

Suzanne Charette, citoyenne

Avec le dépôt d'une pétition, les citoyens espèrent sauver une partie de l'espace vert du terrain, sensibiliser l'ensemble des élus à leurs préoccupations et ils veulent être consultés.

Les résidents ne sont pas contre le projet du promoteur. Ils souhaitent seulement se faire entendre sur leurs inquiétudes avant qu'il ne soit trop tard.

De son côté, la Ville de Trois-Rivières affirme que des rencontres ont déjà eu lieu avec les citoyens du secteur.

La Ville de Trois-Rivières et ses fonctionnaires ont toujours fait foi de grande collaboration dans le dossier. Les citoyens concernés ont d’ailleurs été rencontrés à deux reprises pour être informés du projet et s’exprimer, indique par courriel Cynthia Simard, une représentante de la Ville.

La Ville de Trois-Rivières a dit ne pas être en mesure de répondre aux autres questions de Radio-Canada dans les délais de diffusion du reportage compte tenu de la complexité du dossier.

Des arbres essentiels

Le professeur en biologie de la conservation à l'UQTR Raphaël Proulx salue la vigilance de ces citoyens. Selon lui, abattre ces arbres pour permettre un développement immobilier serait une erreur de la part de la Ville.

Le rôle des boisés en milieu urbain a été démontré, explique-t-il. [Ils ont] des rôles importants en termes de la qualité de l’air, de la qualité de l’eau, de la santé mentale, de la protection contre la chaleur, de l’atténuation des vents.

Des arbres sur les verts du terrain de golfPlus de 90% des arbres du golf les Vieilles forges risquent d'être abattus pour laisser place à un projet immobilier. Photo : Radio-Canada

La conseillère municipale du district des Forges, Mariannick Mercure, qualifie le dossier de très complexe. Elle dit avoir rencontré les citoyens à quelques reprises. Elle croit que la Ville doit tirer des leçons de cette expérience et consulter davantage sa population.

[À Trois-Rivières] on consulte selon l'encadrement légal provincial minimal, mais on veut aller beaucoup plus loin que ça.

Mariannick Mercure, conseillère municipale

Joint au téléphone, le promoteur Antonino Putorti affirme ne pas pouvoir s’adresser aux médias sans avoir consulté son conseil d’administration et la prochaine séance est prévue à la fin du mois, indique-t-il.

Selon le reportage de Marie-Pier Bouchard

Mauricie et Centre du Québec

Environnement