•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La discographie d’Elvis : comment s’y retrouver?

Elvis Presley à la guitare
Elvis Presley passionne toujours les foules 41 ans après sa mort. Photo: Getty Images
Philippe Rezzonico

Il y a 41 ans cette semaine qu'Elvis Presley nous a quittés. L'homme, s'entend. Car l'œuvre discographique est toujours accessible au plus grand nombre. Comment s'y retrouver au sein de ce répertoire maintes fois réédité sur divers supports audio depuis quatre décennies? Suivez le guide.

Vous êtes un grand admirateur du roi du rock and roll? Un amateur qui retourne à la musique d’Elvis occasionnellement? Un jeune qui ne connaît Elvis que de nom et qui ne s’intéresse qu’à l’essentiel? Ce texte s’adresse à vous.

Entre les compilations qui ont suivi la mort d’Elvis dans les années 1970, la revitalisation du répertoire entamée avec soin par le Danois Ernst Mikael Jorgensen à partir de 1992 et les multiples coffrets anniversaires et thématiques parus depuis, on s’y perd.

Donc, on démêle tout ça par l’entremise d’incontournables selon la période musicale, l’intérêt que l’on porte à Elvis et, bien sûr, la grosseur de son portefeuille.

Les années Sun

Au plan artistique, Elvis est né à Sun Records. Trois compilations pour découvrir les débuts historiques :

A Boy from Tupelo: The Complete 1953-1955 Recordings (2017) : Les premiers enregistrements personnels (My Happiness, I’ll Never Stand in Your Way) et professionnels (That’s All Right, Blue Moon of Kentucky, Baby Let’s Play House, Good Rockin’ Tonight), les premières versions faites pour RCA des classiques de Sun, les prises alternatives, des enregistrements radiophoniques et d’autres gravés en spectacle : tout est dans le coffret le plus complet qui soit. Le livret de 120 pages farci de photos quasi jamais vues qui retrace le quotidien d’Elvis durant ces années vaut à lui seul le prix du boîtier de trois disques. Formats : compact et numérique.

A Boy from Tupelo: The Sun Masters (2017) : Petit frère du précédent coffret, ce disque se veut le premier vinyle jamais fait avec les enregistrements rematricés de Sun. Format : vinyle.

Elvis At Sun (2004) : Longtemps la version ultime de la période Sun Records, ce disque se vend aujourd’hui à un prix dérisoire. Les annotations du livret (dates d’enregistrements en chronologie) sont un modèle du genre et on a droit à une introduction de Knox Phillips, le fils de Sam Philips (fondateur de Sun), qui parle de ses souvenirs d’enfance d’Elvis et de son père. Formats : compact et numérique.

Les années 1950 à RCA

La période de gloire qui a forgé la légende en trois déclinaisons :

The King of Rock and Roll : The Complete 50’s Masters (1992) : Il y a plus de 25 ans, j’ai fait la queue au magasin le jour de la sortie de ce coffret. L’amateur irréductible que j’étais depuis les années 1970 n’y tenait plus. Enfin! TOUTES les chansons studio d’Elvis (Sun et RCA) réunies dans un même coffret (cinq disques). À mes yeux, cela demeure le Graal. Réédité en plus petit format depuis 2013 (le long coffret n’est plus en marché), c’est le premier truc que j’offrirais à un Martien qui voudrait savoir ce qu’est le rock and roll. Formats : compact et numérique.

Elvis Golden Records (1958) et 50,000,000 Elvis Fans Can’t Be Wrong: Elvis Gold Records – Volume 2 (1959) : On a fait des dizaines et des dizaines de compilations de grands succès d’Elvis des années 1950 depuis… les années 1950. Rien n’a vraiment surpassé les deux premiers disques d’or. Et quelles pochettes! Formats : vinyle rematricé 180 grammes (chez les disquaires), compact (en commande à FTD - Follow That Dream, la série de prestige liée au site officiel d’Elvis) et numérique.

Elvis Presley durant une prestation à l'auditorium d'Ottawa, en 1957.Elvis Presley durant une prestation à l'auditorium d'Ottawa, en 1957. Photo : Archives de la Ville d'Ottawa

Elvis 56 (1996) : L'année 1956 est celle où tout ce que touchait Elvis se transformait en or. Avec 21 chansons qui sont passées à l’histoire et les photos légendaires d’Alfred Wertheimer, ce disque résume cette année hors normes. Parue initialement en format compact pour souligner les 40 ans d’Elvis avec RCA, la compilation est désormais offerte en vinyle double depuis 2 ans. Format : vinyle.

Les années 1960

Derrière les nombreux films, le plus souvent très moyens, se cache une œuvre étonnante :

Elvis is Back (1960) : L’album du retour après l’armée est un des grands albums pop de l’histoire avec un Elvis à son sommet vocal comme en font foi Such A Night, Fever, The Girl of My Best Friend, Soldier Boy, I Will Be Home Again et Reconsider Baby avec son solo de saxophone brûlant. Formats : vinyle 180 grammes et compact.

From Nashville To Memphis, The Essential 60’s Masters 1 (1993) : Toutes les chansons enregistrées en studio par Elvis durant les années 1960 s’y trouvent, sauf les chansons de ses films. De la vivifiante Make Me Know It (1960) jusqu’à la touchante Who Am I, en passant par le duo avec Frank Sinatra à la télévision. Également réédité en format économique en 2011. Formats : compact et numérique.

The Complete ‘68 Comeback Special (2008) : Le jour où Elvis est redevenu le roi, le temps d’une émission spéciale diffusée où il a attiré plus d’Américains sur une chaîne que le président des États-Unis sur trois stations de télévision. Ce coffret comprend le disque d’origine, les deux concerts « assis », les deux « debout » ainsi que les deux répétitions. Il ne manque pas un angle de caméra. Format : compact et numérique.

Elvis NBC TV Special (1968) : L’émission telle que diffusée en 1968, sur disque et en DVD. Formats : vinyle 180 grammes et DVD.

Elvis Presley chante pendant la soirée Comeback Special de 1968.Le chanteur Elvis Presley pris en photo pendant la soirée du « Comeback Special », en 1968 Photo : La Presse canadienne / ullstein bild - AP

Elvis au cinéma

King Creole (1958) : Le jour où Elvis rencontre la musique de Louis Armstrong et La Nouvelle-Orléans. Son meilleur film et l’un de ses trois meilleurs disques toutes époques confondues avec King Creole, Trouble, Hard Headed Woman, Crawfish, Dixeland Rock et la sublime As Long As I Have You. Ce disque mérite d’être acheté séparément. Format : vinyle 180 grammes.

Elvis at the Movies (2007) : La compilation de 60 titres portant sur le cinéma Command Performance The Essential 60’s Masters étant épuisée, celle-ci, en 40 titres, va de Love Me Tender (1956) à Change of Habit (1969). Bien foutu.

Elvis Presley et Joan O'Brien dans le film « Blondes, brunes et rousses »Elvis Presley et Joan O'Brien dans le film Blondes, brunes et rousses Photo : Getty Images

Elvis en spectacle

On Stage, Legacy Edition (2010) : Après sa renaissance à la télévision, Elvis retrouve la scène avec ferveur. Les albums Elvis In Person (1969) et On Stage (1970) sont réunis avec des bonis. Rien de moins que fabuleux. Formats : vinyle 180 grammes (seulement On Stage), compact et numérique.

Elvis Presley à la sortie d'un concert, en 1958Elvis Presley à la sortie d'un concert, en 1958 Photo : Getty images/AFP

Aloha From Hawaii Via Satellite, Legacy Edition (2013) : L’ancêtre de tous les Live Aid et autres spectacles diffusés mondialement de nos jours, ce concert filmé à Hawaï a eu droit en 1973 à une diffusion mondiale. Auditoire lors de la diffusion le 14 janvier 1973 : 1,5 milliard de téléspectateurs. Formats : vinyle, compact, numérique et DVD.

Elvis à l’église

How Great Thou Art (1967) : Elvis a-t-il remporté des trophées Grammy avec ses chansons rock and roll? Non. Mais avec son répertoire gospel, si. La chanson-titre, Somebody Bigger Than You and I, Where Could I Go But To the Lord et Crying in the Chappel sont les interprétations d’un homme qui n’a jamais oublié la musique qu’il adorait quand il était enfant. Formats : vinyle, compact et numérique.

Le survol de carrière

The RCA Albums Collection (2016) : Pour souligner les 60 ans des débuts d’Elvis à RCA, Sony/Legacy a mis en marché il y a 2 ans un somptueux coffret de 60 albums agrémenté d’un livret… euh… d’un livre de 300 pages. Ne cherchez pas ça en magasin, même si on me confirme à Sony que l’on peut commander le gigantesque coffret. Format : compact.

The Essential Elvis Presley (2007) : Cette compilation double à prix modique demeure le survol le plus pertinent qui soit. Quarante chansons qui vont de That’s All Right (1954) à Moody Blue (1977), qui survolent la période de Sun Records (Mystery Train), les explosives années 1950 avec RCA (Houng Dog, Jailhouse Rock), les succès du cinéma (Trouble, Return To Sender, Viva Las Vegas), les trésors au retour de l’armée (Fever, Reconsider Baby, Little Sister), le NBC TV Special de 1968 (If I Can Dream, Memories) et le retour en grâce (In the Ghetto, Suspicions Minds). Toute la carrière et l’essence d’Elvis sont ici résumées. Formats : vinyle, compact et numérique.

Elvis 30 #1 Hits (2002) et Elvis 2nd To None (2003) : Les deux compilations « modernes » les plus abouties, d’une qualité sonore exceptionnelle, avec 57 succès et 3 raretés. Si vous voulez les succès avant tout, c’est par là.

À éviter : Tout disque composé de chansons originales sur lesquelles on a greffé des océans de cordes. Le classique et Elvis, c’est un mariage forcé.

Musique

Arts